Food & Drinks

L'actualité en bref

La Tournée des Patrons

Sélection Equipement & Services

Consentement d'utilisation des Cookies

J'accepte Notre site sauvegarde des traceurs textes (cookies) sur votre appareil afin de vous garantir de meilleurs contenus et à des fins de collectes statistiques.Vous pouvez désactiver l'usage des cookies en changeant les paramètres de votre navigateur. En poursuivant votre navigation sur notre site sans changer vos paramètres de navigateur vous nous accordez la permission de conserver des informations sur votre appareil.

Equipement & Services

Vertueux | Vos épluchures valent de l'oseille

Collecter, composter, valoriser. Ainsi pourrait se résumer la mission des Détritivores. À Lyon et à Bordeaux, l’entreprise sociale collecte quotidiennement les biodéchets et huiles alimentaires des professionnels de la restauration. L’objectif : les revaloriser en un compost 100 % naturel.

« Les déchets alimentaires représentent un tiers de nos poubelles et, dans les métiers de la restauration, c’est plutôt la moitié, présente Gaétan Lepoutre, cofondateur des Détritivores Lyon. Ces biodéchets sont constitués d’eau et de bonnes choses pour la terre, donc, quand c’est envoyé à l’incinérateur, on brûle de l’eau… On souhaite stopper cette aberration écologique et économique. » Pour lui, au-delà de la réglementation, valoriser et transformer ces résidus de cuisine relève de l’utilité publique et permet aussi de réduire le gaspillage alimentaire. Chaque jour, des « collecteurs-composteurs » se rendent dans une cinquantaine de restaurants, cantines et traiteurs lyonnais pour récupérer les huiles usagées, les déchets de cuisine et de table : épluchures, viande, poisson, nourriture présentée mais non consommée... Tout peut être composté. Une fois collectée, la matière fraîche arrive sur l’une des deux plates-formes de compost des Détritivores. L’une, plutôt traditionnelle, peut traiter 200 tonnes de déchets par an, contre une trentaine pour l’autre, où une machine électromécanique, moderne et petite, accélère considérablement le temps de compostage. « Avec notre appareil électromécanique, on met la matière dans des conditions optimales », résume Gaétan Lepoutre. Le tout sans utiliser trop de mètres carrés et en maîtrisant les éventuelles nuisances olfactives, mais aussi sonores. Un impératif quand on travaille dans un environnement urbain. Puis, au terme d’un processus de transformation de deux à huit semaines, le compost sera prêt à être utilisé par les jardiniers. « L’idée, c’est de se servir de ce compost pour végétaliser les villes, qui ont besoin d’espaces verts », précise Gaétan. 

Gaétan Lepoutre, cofondateur des Détritivores,montre le composte prêt à l'emploi. 

Accompagner le tri

En plus de la collecte, les Détritivores proposent d’accompagner les établissements dans cette démarche écoresponsable. « Il faut que toute l’équipe de cuisine soit au courant et les clients aussi. On conseille pour mettre en place les bons outils et on propose une animation de sensibilisation », explique Gaétan. Affiches, kakémonos, triptyques pour les tables sont ainsi mis à disposition des restaurateurs. Et la mobilisation de l’ensemble du personnel est primordiale, confirme Benjamin Saulnier, directeur d’exploitation de Ninkasi Entreprises, dont l’établissement Villeurbanne La Soie est client des Détritivores. « En cuisine, c’est un pli à prendre. Au lieu de tout jeter dans la même poubelle, on prend le temps de trier. Il faut l’apprendre aux collaborateurs, mais, finalement, eux aussi sont impliqués et cette problématique les intéresse, car ça devient vital », commente-t-il. Les Détritivores sont actuellement présents à Lyon et Bordeaux et pourraient s'implanter sur d’autres territoires.

Des initiatives similaires existent aussi ailleurs en France, comme La Tricyclerie à Nantes, Les Alchimistes à Paris ou encore Komposto, à Lille.


La démarches des Détritivores en images

À chaque arrêt, Arthur Cabaret, l'un des collecteurs-composteurs des Détritivores, peut renseigner l'évolution de sa collecte grâce à une application mobile. Il assure la collecte dans un rayon d'un kilomètre. 

Les bacs pleins sont échangés contre des bacs vides et propres. 

Les échanges avec les clients sont très importants pour l'entreprise sociale. 

Les épluchures peuvent être compostées... 

...mais aussi les restes de viande, de poisson, de pain, de pizza, etc. 

Sur la plate-forme traditionnelle, 200 tonnes de déchets par an peuvent être valorisées. 

La machine électromécanique permet d'accélérer considérablement le processus de compostage, en passant de huit à deux semaines. 

La matière continue de vivre pendant le processus de compostage : il n'est donc pas rare que des champignons y poussent. 

Infos pratiques 

  • Les tarifs dépendent du nombre de bacs et de passages, à définir avec le restaurateur. 
  • La collecte peut se faire une à deux fois par semaine, avec un échange standard : un bac plein (ou à moitié plein) contre un bac vide et propre. 
  • Les Détritivores Lyon mettent à disposition des poubelles psécifiques pour le tri des biodéchets. 
  • Informations et demandes de devis sur le site internet www.les-detritivores.org 

Articles connexes