Covid-19

Equipement & Services

Food & Drinks

L'actualité en bref

La Tournée des Patrons

Vertueux

Consentement d'utilisation des Cookies

J'accepte Notre site sauvegarde des traceurs textes (cookies) sur votre appareil afin de vous garantir de meilleurs contenus et à des fins de collectes statistiques.Vous pouvez désactiver l'usage des cookies en changeant les paramètres de votre navigateur. En poursuivant votre navigation sur notre site sans changer vos paramètres de navigateur vous nous accordez la permission de conserver des informations sur votre appareil. Politique de cookies

Edito

Société | Violences en cuisine : vers une transformation durable ?

La Revue des Comptoirs a enquêté sur le phénomène des violences en cuisine. Toute la semaine, retrouvez les interviews de chefs et reportages qui découlent de cette enquête.

Alors que la vie reprend au restaurant et qu'on observe une joyeuse effervescence du côté des équipes, il ne faut pas pour autant balayer des sujets majeurs qui ont commencé à émerger avant la crise de la Covid-19. Près de trois ans après le retentissement mondial de MeToo, l'omerta règne encore dans les cuisines françaises. Même si la parole commence à se libérer, les témoignages se multiplient tout comme les plaintes pour violences. Le compte Instagram « Je dis non chef ! », créé par Camille Aumont Carnel, a été le détonateur qui fait voler en éclats des décennies de silence. Ce dernier partage les témoignages des femmes et des hommes harcelés et agressés dans les cuisines ainsi que toutes les discriminations que peuvent subir les membres d'une brigade. Si la presse grand public a commencé à s'emparer du sujet, il trouve encore peu d'écho dans la presse professionnelle. Nous avons donc décidé d'enquêter sur ces abus, non pour porter un regard moralisateur mais pour tenter de comprendre les mécanismes de cette violence, car des coups de poing aux brûlures, en passant par le harcèlement sexuel et le racisme, la plupart des grands chefs en ont fait les frais eux-mêmes pendant leur formation. Il existe une inertie de la part des écoles sur le sujet alors que le monde scolaire et le milieu professionnel sont intimement connectés.

Si on apprend à devenir cuisinier, peu de chefs ont été formés à la gestion des équipes. Or il existe aujourd'hui des dispositifs de sensibilisation, il ne faut pas hésiter à y recourir. Au-delà des témoignages recueillis, nous avons donc cherché à apporter des solutions concrètes pour agir tous ensemble. L'idée n'est pas de mener une révolution contre les chefs, mais bien avec eux. Espérons que cette période post-Covid soit celle d'une transformation durable des pratiques en cuisine.

Articles connexes