Covid-19

Equipement & Services

Food & Drinks

L'actualité en bref

La Tournée des Patrons

Vertueux

Consentement d'utilisation des Cookies

J'accepte Notre site sauvegarde des traceurs textes (cookies) sur votre appareil afin de vous garantir de meilleurs contenus et à des fins de collectes statistiques.Vous pouvez désactiver l'usage des cookies en changeant les paramètres de votre navigateur. En poursuivant votre navigation sur notre site sans changer vos paramètres de navigateur vous nous accordez la permission de conserver des informations sur votre appareil. Politique de cookies

L'actualité en bref

Un démarrage timide pour le Reims Beer Festival

Le Reims Beer Festival, dédié à la bière, s’est tenu du 17 au 19 juin dans la cité des sacres et a connu un démarrage timide pour sa première édition.

Le Reims Beer Festival, dédié à la bière, s’est tenu du 17 au 19 juin dans la cité des sacres et a connu un démarrage timide pour sa première édition. « On dit qu’il faut trois ans pour installer un salon, nous n’attendions pas 50 000 personnes, relativise Marion Godard, directrice des manifestations organisées, chez Reims Events, filiale locale de GL Events. Si nous atteignons les 10 000, c’est un énorme succès. »

La directrice explique les raisons de l’organisation d’un tel salon au milieu des terres de Champagne : « Il existe à Reims une vraie appétence pour le champagne, avec surtout des vignerons indépendants qui possèdent un vrai lien avec la terre. Ils vivent au rythme de la nature et aiment la bière. » Celle qui est mariée à un vigneron assure que « ceux qui aiment le champagne artisanal aiment la bière artisanale ». Elle admet néanmoins que ce milieu n’est « pas encore assez abordable ».

Une quarantaine de brasseries artisanales

Raison pour laquelle la volonté de l’organisateur était d’offrir la possibilité de « parler avec les brasseurs, de leur histoire, de leur genèse » mais également de « mieux comprendre la bière pour mieux la consommer ». Des conférences animées par des biérologues et des brasseurs étaient proposées, comme des dégustations sous hypnose. Marion Godard justifie ainsi le choix d’avoir invité des brasseries artisanales et non les grands industriels du secteur : « Nous avons fait le choix d’aller voir les petits, c’est un parti pris. »

Parmi la cinquantaine d’exposants présents, une quarantaine de brasseurs, dont environ un tiers du territoire local, comme la Lorette ou la Bouquine, un autre tiers de France et le dernier tiers de l’étranger. Mais également des producteurs d’hard seltzers, de colas, de limonades et de spiritueux.

Articles connexes