Food & Drinks

L'actualité en bref

La Tournée des Patrons

Sélection Equipement & Services

Consentement d'utilisation des Cookies

J'accepte Notre site sauvegarde des traceurs textes (cookies) sur votre appareil afin de vous garantir de meilleurs contenus et à des fins de collectes statistiques.Vous pouvez désactiver l'usage des cookies en changeant les paramètres de votre navigateur. En poursuivant votre navigation sur notre site sans changer vos paramètres de navigateur vous nous accordez la permission de conserver des informations sur votre appareil. Politique de cookies

Profession

Trophée Passion | De Rungis au quai d'Orsay

John Argaud, candidat français et sous-chef exécutif de l'hôtel Le Meurice, s'est imposé lors de la 10e édition du Trophée Passion International organisé par l'Académie culinaire de France. Le ministre de l'Europe et des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian lui a remis le vase de Sèvres, offert par le président de la République, lors d'une cérémonie au quai d'Orsay, le 20 mars dernier. La veille, en prélude à l'épreuve de cuisine, les huit finalistes se sont rendus au Marché international de Rungis pour effectuer leurs achats, munis d'une enveloppe de 200 euros. Le jour J, à l'école Ferrandi, les candidats ont réalisé en cinq heures un plat, une entrée, mais aussi un dessert. Puis ont présenté leur travail devant 35 chefs internationaux répartis en quatre jurys présidés par Michel Roth, qui avait à ses côtés Kei Kobayashi, président d'honneur international, et Andrée Rosier, présidente France. Coaché par Benoît Nicolas, John Argaud s'est donc illustré en devançant sur le podium le Chilien Roberto Muñoz, alors que le troisième prix allait au Japonais Masahide Yokobayashi.

Le chef américain, conseillé par son coach (à droite), lors des épreuves d’achat à Rungis.

Chaque candidat était tiré au sort pour définir son ordre de passage lors des épreuves de cuisine.

En cinq heures, les candidats ont réalisé trois recettes pour huit personnes.

Le candidat français John Argaud remporte cette 10e édition.

L’entrée du candidat français, qui devait être végétale à 80 %.

Le plat du gagnant, qui comprenait obligatoirement un filet de bœuf farci de veau et de ris de veau, ainsi que d’un lobe de foie gras.

La revisite imposée d’une pavlova au citron de Nice et aux fruits selon le Français.