Food & Drinks

L'actualité en bref

La Tournée des Patrons

Sélection Equipement & Services

Consentement d'utilisation des Cookies

J'accepte Notre site sauvegarde des traceurs textes (cookies) sur votre appareil afin de vous garantir de meilleurs contenus et à des fins de collectes statistiques.Vous pouvez désactiver l'usage des cookies en changeant les paramètres de votre navigateur. En poursuivant votre navigation sur notre site sans changer vos paramètres de navigateur vous nous accordez la permission de conserver des informations sur votre appareil. Politique de cookies

Cul Sec

Portrait | Serge Merlet, directeur général de Lavazza France

Directeur général de Lavazza France

Votre café-restaurant fétiche ?

Bleu Café sur la grande plage à Biarritz.

Une boisson et un lieu ?

Je suis amateur de whisky, donc un vieux whisky au coin de la cheminée chez moi, un moment de bonheur tout simple.

Votre expérience culinaire la plus marquante ?

Je ne sais pas combien de milliers de restaurants j'ai eu l'occasion de fréquenter, mais il y a un endroit où j'aime bien aller, c'est au Touquet, un endroit sans prétention, Le Paris, avec une cuisine faite maison.

Votre péché mignon le plus inavouable ?

Inavouable, je ne sais pas, mais c'est le chocolat noir.

Ce qui vous porte sur les nerfs dans la profession ?

Les gens du métier qui pense que parce que l'on est un torréfacteur international, on n'a pas le savoir-faire.

Votre dieu du CHR ?

De Dieu, je n'en ai qu'un. Mais je suis très admiratif des petits torréfacteurs qui font un travail remarquable et qui n'ont pas toujours de grands moyens.

Une anecdote ?

J'aime la paella et j'en ai commandé une au restaurant et, au lieu de me la servir à table, je l'ai reçue dans le dos, car le serveur a trébuché.

Votre dernière ivresse ?

L'arrivée de mon premier petit-fils en novembre 2018. C'est un moment particulier dans une vie.

Serge Merlet, directeur général de Lavazza France