Covid-19

Equipement & Services

Food & Drinks

L'actualité en bref

La Tournée des Patrons

Vertueux

Consentement d'utilisation des Cookies

J'accepte Notre site sauvegarde des traceurs textes (cookies) sur votre appareil afin de vous garantir de meilleurs contenus et à des fins de collectes statistiques.Vous pouvez désactiver l'usage des cookies en changeant les paramètres de votre navigateur. En poursuivant votre navigation sur notre site sans changer vos paramètres de navigateur vous nous accordez la permission de conserver des informations sur votre appareil. Politique de cookies

L'actualité en bref

Accompagnement | Se lancer dans l'hôtellerie-restauration avec l’aide de cabinets de transactions

Les personnes qui débutent dans le milieu de l’hôtellerie-restauration ne savent pas toujours vers qui se tourner pour avancer dans la construction de leur projet. Face à cette problématique, des cabinets de transactions s’imposent pour aider les futurs restaurateurs et hôteliers à concrétiser leurs projets.

Lancer son propre hôtel ou restaurant peut poser de nombreux problèmes et soulève beaucoup de questions. Pour remédier à cela, des cabinets de transactions se positionnent afin daider les futurs professionnels du monde de lhôtellerie-restauration à se lancer dans laventure. Cest le cas de 4.4 Transactions, un cabinet voulant « offrir une solution clé en main à la fois dans la recherche de biens et dans les financements », principalement en Loire-Atlantique et dans la région Grand Ouest.

Emmanuel Durban est coursier en financement professionnel et également associé dans le cabinet 4.4 Transactions. Il explique que, selon lui, « le seul risque, lorsque lon se lance, cest d’être mal conseillé, de tomber sur un cédant qui vend son bien trop cher ou qui cache des informations, comme un problème dextraction ». 

Analyser le bien

Daprès Emmanuel Durban, le but du conseiller est principalement « danalyser le bilan et les résultats du commerce pour évaluer le bien ». Ensuite, il va faire expertiser l’établissement pour vérifier « la conformité des installations ». Il précise dailleurs que le cabinet ne réalise pas les expertises mais quil « diligente les bonnes personnes pour être certain que lacheteur ait quelque chose de conforme à ses demandes, car le transactionnaire est garant de ce qui est vendu ». Son but : « laisser le porteur de projet se concentrer sur son projet pendant que les professionnels cherchent la bonne affaire »

Répondre aux besoins du client

Aujourdhui, ce cabinet prend en charge une centaine daffaires à vendre. Selon lassocié de 4.4 Transactions, « il ny a pas de bon ou de mauvais restaurant, tout dépend de ce que lon cherche ». Pour cela, le conseiller dresse un portrait-robot de l’établissement rêvé par les acheteurs. 

Dans sa stratégie de recherche, il explique dabord « cibler les affaires qui ont un EPE ou un chiffre daffaires qui soit en corrélation avec le budget global des clients », en prenant en compte la localisation et les contraintes de stationnement aux alentours. De cette manière, le futur gérant de l’établissement peut estimer la rémunération et le chiffre daffaires de son futur bien.

Informer sur les aides possibles

Et en plus de posséder un réseau de cédants, Emmanuel Durban explique que les cabinets de transactions peuvent également mettre à disposition leurs contacts de fournisseurs, distributeurs et brasseurs. Grâce à ces fournisseurs, 4.4 Transactions informe également sur les aides au financement possibles. « On part toujours du principe que lorsque lon parle de financement de prêts, cest forcément un établissement bancaire. Alors quen France, il existe une multitude de financements possibles, y compris le financement par le prêt brasseur ou encore le prêt Meunier. »

Articles connexes