Food & Drinks

L'actualité en bref

La Tournée des Patrons

Sélection Equipement & Services

Consentement d'utilisation des Cookies

J'accepte Notre site sauvegarde des traceurs textes (cookies) sur votre appareil afin de vous garantir de meilleurs contenus et à des fins de collectes statistiques.Vous pouvez désactiver l'usage des cookies en changeant les paramètres de votre navigateur. En poursuivant votre navigation sur notre site sans changer vos paramètres de navigateur vous nous accordez la permission de conserver des informations sur votre appareil. Politique de cookies

La Tournée des Patrons

Restaurants festifs | Une formule qui cartonne

Alors que les boîtes de nuit disparaissent peu à peu du paysage, la restauration festive prend son envol. Focus sur un concept à succès.

En trente ans, la moitié des discothèques a disparu en France, selon le dernier recensement de la Société des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique (Sacem). Tandis que les années 1980-1990 ont été l'âge d'or des boîtes de nuit, avec 4 000 établissements en activité, on n'en dénombrait plus que 2 000 en 2017. 800 fermetures ont été enregistrées entre 2014 et 2017, une érosion qui se poursuit encore aujourd'hui. Cette désaffection est liée à une kyrielle de contraintes réglementaires : un durcissement de la législation en matière de bruit et de normes de sécurité, l'interdiction de fumer, ou encore la multiplication des contrôles routiers en lien avec la prévention de l'alcool. Mais la réglementation stricte n'est pas la seule en cause, l'évolution des mœurs jouant un rôle clé. Les clients optent de plus en plus pour les bars dansants ou les soirées privées et adhérent au concept de restauration festive. En effet, alors que les boîtes de nuit se vident, les restaurants eux ne désemplissent pas. À mi-chemin entre établissement traditionnel et boîte de nuit, les restaurants festifs suscitent donc un engouement de plus en plus fort.

La Coupole danse et Paris aussi

Passée dans le giron du groupe Bertrand en 2017, la Coupole renoue avec son passé festif en relançant d'une part ses mythiques bals (un dimanche après-midi par mois) et, d'autre part, ses soirées Paris Follies (un samedi par mois). À la programmation de ses événements immersifs, la Baronne de Paname, « passionnée et convaincue », qui travaille depuis dix ans à « retrouver le French savoir-fête ». « C'est un des rares lieux à danser à Paris qui n'a pas été détruit, un dancing fabuleux, doté d'un ADN très fort. Avec un pool de passionnés, nous réalisons des créations sur mesure, que l'on raconte comme un film. » Curieux, « panamophiles », passionnés poussent donc les portes de l'iconique brasserie du boulevard du Montparnasse pour remonter le temps.

« Les Paris Follies sont des rendez-vous où le public et même nous, organisateurs, sommes pris dans la fièvre joyeuse de ce bal immersif costumé. » Côté boissons, le champagne est à l'honneur et chaque événement a son cocktail dédié. Et l'équipe réfléchit à développer une carte de vieux alcools. 200 à 300 personnes participent à ces fêtes mensuelles, mais la capacité est double. Entrée gratuite pour les clients de la brasserie, 15 € pour les Paris Follies, 8 € pour les bals.

Retrouvez les établissements de ce mois-ci :