Comptoirs // Renaissance en terre originelle

Food & Drinks

L'actualité en bref

La Tournée des Patrons

Sélection Equipement & Services

Consentement d'utilisation des Cookies

J'accepte Notre site sauvegarde des traceurs textes (cookies) sur votre appareil afin de vous garantir de meilleurs contenus et à des fins de collectes statistiques.Vous pouvez désactiver l'usage des cookies en changeant les paramètres de votre navigateur. En poursuivant votre navigation sur notre site sans changer vos paramètres de navigateur vous nous accordez la permission de conserver des informations sur votre appareil. Politique de cookies

Histoire de

Tigre Bock | Renaissance en terre originelle

La brasserie séculaire Tigre Bock renaît de ses cendres sous l’impulsion de GeoreyLebold et des équipes de Kronenbourg. Lieu de brassage, elle a également vocation d’être un lieu de vie dans la capitale alsacienne.

L’histoire commence en 1919 lorsque la famille Hatt, fondatrice de Brasseries Kronenbourg, rachète le Grand Tigre à Strasbourg, à côté de la gare ferroviaire, une brasserie dont on trouve déjà trace en 1795. Elle souhaite consolider son implantation en Alsace, alors que sa production avait été délocalisée dans le quartier de Cronenbourg. Le lancement de Tigre Bock en 1921 transforme le paysage brassicole puisque c’est la première marque de bière déposée en France. Très vite, elle devient le fleuron de Kronenbourg, à tel point que la famille réaménage entièrement la brasserie en 1931, transforme les lieux dans le style Art déco, fait construire une coupole vitrée dans la grande salle du restaurant, tout en conservant les caveaux originels.

Les années 1930 marquent l’âge d’or de la brasserie qui s’impose comme la plus grande de l’est de la France mais aussi la plus moderne. Huit mille hectolitres sont écoulés chaque année avec un record de 1.000 hectolitres au mois d’octobre 1934. La Seconde Guerre mondiale puis la création de la bière Kronenbourg ont pour conséquence l’arrêt de la production – l’activité se limite au débit de boissons –, avant que le Tigre ne soit vendu en 1964 à l’Académie de Strasbourg qui y installe un  restaurant universitaire jusqu’en 2014. L’histoire prend alors un nouveau tournant lorsque Georey Lebold redécouvre le lieu qu’il avait lui-même fréquenté lorsqu’il était étudiant: « J’ai eu un coup de coeur, j’ai mesuré son potentiel immédiatement. J’ai pris contact avec Kronenbourg qui a été autant séduit que moi par l’idée de faire revivre ce lieu historique », confie-t-il. La décision est prise de cheminer ensemble : « Nous, pour la partie restauration, Kronenbourg, pour fabriquer à nouveau de la bière sur le site.» Audrey Théveniaud, directrice de marque, confirme leur volonté commune « de réincarner un lieu qui a appartenu à l’entreprise pendant quarante-cinq ans et participer de ce fait à la renaissance du patrimoine alsacien ».

Ainsi, la nouvelle brasserie du Tigre, dont l’aménagement a coûté trois millions d’euros, ore un lieu pluriel sur 1.600 m: le Petit Tigre, constitué du bar et de la Fabrik Tigre Bock, le Grand Tigre, qui comprend l’espace de restauration sous la coupole avec une cuisine ouverte, et les caveaux, qui peuvent accueillir des groupes jusqu’à 120 personnes. Quatre bières sont élaborées sur place en continu par deux maîtres brasseurs, Jérôme Lauth et Victor Bleger: Tigre Bock IPA, Tigre Bock non filtrée, Tigre Bock Eet Weizen et Tigre Bock de saison.