Coronavirus

Equipement & Services

Food & Drinks

L'actualité en bref

La Tournée des Patrons

Vertueux

Consentement d'utilisation des Cookies

J'accepte Notre site sauvegarde des traceurs textes (cookies) sur votre appareil afin de vous garantir de meilleurs contenus et à des fins de collectes statistiques.Vous pouvez désactiver l'usage des cookies en changeant les paramètres de votre navigateur. En poursuivant votre navigation sur notre site sans changer vos paramètres de navigateur vous nous accordez la permission de conserver des informations sur votre appareil.

Coronavirus

Conseils pratiques | Piloter sa trésorerie pendant la crise

La trésorerie nette est la pièce maîtresse. Elle ne se réduit pas à la somme des soldes bancaires, mais permet de gérer son affaire en anticipant les difficultés à venir. Pierre Dutaret, ancien banquier, nous livre ses conseils pratiques pour la piloter au mieux en ces temps de crise.

Avec l’obligation de fermeture, la crise sanitaire du coronavirus a plongé les établissements du CHR dans une période d’incertitude. Comment y faire face et comment s’organiser au mieux pour réduire l’impact de la fermeture obligatoire sur son entreprise ? Quels sont les recours envisageables pour se relever de cette période d’inactivité ? Pierre Dutaret, ancien banquier, cofondateur et directeur général de Libeo, une solution dématérialisée de paiement entre entreprises dédiée aux TPE et PME, nous livre ses conseils pour passer ce cap difficile. Ses mots d’ordre sont : anticiper et ne rien laisser au hasard. S’il estime légitime que l’on puisse hésiter entre jouer la carte de la solidarité nationale ou réclamer des reports voire annulations de charges, il affirme néanmoins que « sauver son entreprise, ce n’est pas être égoïste ». Emplois, producteurs, fournisseurs... Derrière chaque établissement se cachent de multiples enjeux et c’est en «soutenant les entreprises que l’on soutient la solidarité », déclare-t-il. Pour traverser au mieux cette période de turbulences et d’incertitudes économiques, il conseille de ne passer à côté d’aucune des mesures mises en place par l’État pour cet épisode de crise.


Faire un état des lieux de vos dépenses

Dans un premier temps, il est conseillé de réaliser un état des lieux de la situation présente et à venir, en établissant un plan de trésorerie à six mois : « Il faut faire un plan très détaillé et précis car les différents services vont être surchargés et il n’y aura pas beaucoup d’allers-retours possibles sur les dossiers. Nous conseillons d’avoir une vision claire des dépenses engagées les semaines passées. Il est nécessaire de centraliser toutes vos factures et vérifier qu’aucune n’est passée à la trappe, regarder l’impact des futurs décaissements et anticiper autant que possible. » Une fois les constats et les prévisions de dépense sur six mois faits, « la première mesure est de geler tout ce qui est impôt et Urssaf », conseille Pierre Dutaret. Pour lui, toutes ces modulations peuvent se transformer en suppressions pures et simples, « au cas par cas ». Il invite les entrepreneurs à demander une annulation des montants dus et va même plus loin : « Je pense même que ça va être purement annulé, car les entreprises ne pourront pas payer, même dans trois ou six mois... »

Dans un deuxième temps, le directeur général de Libeo recommande d’aller voir son conseiller bancaire avec le plan de trésorerie préalablement établi pour les six mois à venir. Outre les reports d’échéances, les restaurateurs peuvent, selon lui, demander également la transformation des crédits courts en crédits moyen ou long terme, et un crédit complémentaire pour faire face à la crise. « Il faut faire sa demande en envisageant le pire scénario, conseille Pierre Dutaret. Certains crédits complémentaires seront garantis par la BPI pour des contextes spécifiques, comme des travaux qui seraient suspendus. Il faut soit passer par son banquier, soit directement par BPI France si l'on est déjà en lien avec elle. »

Il conseille également de stopper tous les prélèvements à venir et d’aller voir son conseiller bancaire avec « une liste à jour » pour être certain de ne rien oublier. Les prélèvements des cotisations et des impôts peuvent aussi être suspendus auprès de sa banque, car même si un remboursement est possible de la part de la direction générale des Finances publiques ou du service des impôts des entreprises, il risque de prendre du temps.

Pierre Dutaret cofondateur et directeur général de Libeo

Pierre Dutaret, cofondateur et directeur général de Libeo.


Prioriser et optimiser ses dépenses

En ce qui concerne les fournisseurs, il faut bien entendu « les contacter, voir avec eux les priorités ou ce que l’on peut payer. Il faut payer en priorité les petits fournisseurs et petits producteurs. Les gros fournisseurs peuvent attendre un peu plus, mais dans tous les cas, il faut les contacter et étaler les paiements ». Même processus pour le loyer, il conseille de ne pas annuler le paiement, mais de mettre en place un échelonnement avec son bailleur.

Pour « optimiser les dépenses liées à vos employés », Pierre Dutaret conseille aux restaurateurs de réduire leur personnel en fonction de la fréquentation prévue les prochaines semaines et de « tirer parti de la mesure chômage partiel ». Pour gérer ces démarches, « le meilleur partenaire est son expert-comptable ou le comptable en charge de la partie sociale de l’entreprise ».

« Le meilleur partenaire est son expert-comptable ou le comptable en charge de la partie sociale de l’entreprise »


Se concentrer sur les best of à la carte

Les établissements qui proposent des plats à emporter seule alternative possible à la fermeture doivent « réduire leur carte en l’adaptant au take away », propose le directeur général de Libeo, qui conseille de « se concentrer sur les best of ». Les restaurateurs ont des commandes récurrentes qui sont livrées chaque jour ou semaine et basées sur l’activité habituelle du restaurant. Pour ne pas se retrouver avec trop de marchandises et pas assez de rentrées d’argent du fait de la baisse de la fréquentation, il faut tout de suite changer, adapter son menu. Moins de plats, mais des recettes éprouvées.


Préparer la reprise

Pour les entreprises disposant d’un peu de trésorerie d’avance, Pierre Dutaret soumet aussi l’idée de « profiter de la période pour préparer la reprise de l’été », notamment en effectuant des travaux de rénovation dans les établissements. Son dernier conseil : « Profitez du creux de la vague pour mettre un petit coup de propre à votre hôtel ou restaurant et être prêt à redémarrer dès que la reprise s’annonce. »

Articles connexes

Le Magazine

Agenda

Les 5 et 6 avril

6e édition de Planète Bière

En savoir plus
Les 6 et 7 Avril 2019

Air Provence - Var

En savoir plus
Du 24 au 26 avril

Grand week-end des Crozes-Hermitage

En savoir plus
Du 14 au 17 mai 2020

TASTE Paris

En savoir plus
Du 26 au 28 mai

Vinexpo Hong Kong

En savoir plus
Les 15 et 16 juin

Millésimes Alsace, salon professionnel des Grands vins d’Alsace

En savoir plus
Le 13 et 14 octobre 2020

Food Hotel Tech Nice

En savoir plus
Du 14 au 16 juin

Sirha - green

En savoir plus
Du 5 au 7 septembre 2020

Paris coffee show

En savoir plus
Les 21 et 22 septembre 2020

Natexpo

En savoir plus
Du 18 au 22 octobre 2020

SIAL Paris

En savoir plus
Du 10 au 12 novembre

ProWine Chine

En savoir plus
Du 23 au 27 janvier 2021

Sirha

En savoir plus