Covid-19

Equipement & Services

Food & Drinks

L'actualité en bref

La Tournée des Patrons

Vertueux

Consentement d'utilisation des Cookies

J'accepte Notre site sauvegarde des traceurs textes (cookies) sur votre appareil afin de vous garantir de meilleurs contenus et à des fins de collectes statistiques.Vous pouvez désactiver l'usage des cookies en changeant les paramètres de votre navigateur. En poursuivant votre navigation sur notre site sans changer vos paramètres de navigateur vous nous accordez la permission de conserver des informations sur votre appareil. Politique de cookies

La Tournée des Patrons

Spécial Creuse | O’Tilleul, l’ambiance avant tout

Ce n'est pas tant le standing ou le confort matériel qui font le prestige d'un lieu. C'est l'âme qu'on y trouve et l'impression de s'y sentir chez soi. Et dans le bistrot de Corinne et Benoît Rousseau, à Bussière-Dunoise, on tape en plein dans le mille.

Vouloir mettre à l'aise ses clients à tout prix, l'intention est toujours louable, mais si le naturel manque à l'appel, ce qui devait être un « bistrot où on se sent comme chez soi » se révèle alors être un endroit où vous ne remettrez jamais les pieds. Ce n'est évidemment pas le cas du bar-restaurant O'Tilleul« Ça ne m'appartient pas ici, plaisante Benoît Rousseau, qui a repris l'affaire en 2012. Ça appartient à nos clients. » Accrochés aux murs, des képis et écussons laissés par un client ancien gendarme. Dans un coin du bar, une guitare gonflable ramenée par une cliente anglaise. « Elle nous en a donné un sac plein qu'elle a récupéré pendant un concert à Londres. » Au menu, frites et saucisson. « On ne se prend pas pour ce qu'on n'est pas, c'est vraiment frites et saucisson », s'amuse-t-il.

Mais il fait parti des cuisiniers de « bistrot » qui réalisent eux-mêmes leurs frites. Ici elles sont réalisées dans les règles de l'art, à la Belge, en deux bains de cuisson. La carbonade aussi est faite maison, toujours dans les règles de l'art. « En fait, ce sont des copains belges qui m'ont appris les recettes quand on habitait à Alès, raconte Benoît Rousseau. Ils tenaient un restaurant belge, et quand on finissait notre travail au camping, on allait manger chez eux. C'est comme ça qu'on a appris toutes ces “belge-ries”. » Des histoires comme celle- là, Corinne et Benoît en regorgent. Que ce soit celle du restaurant qu'ils ont failli reprendre à 70 km de Dakar, au Sénégal ou encore celles des nombreux objets accrochés ici et là par un client. Mais avant tout, il faut commander un burger, une ration de frites et une pinte de bière belge !

Benoît et Corinne Rousseau

À la tête

Chez Benoît et Corinne Rousseau, au O'Tilleul, à Bussière -Dunoise, la convivialité est élevée en divinité, mais intelligemment dosée. Le tutoiement, de rigueur, peut surprendre au premier abord. Le métier, le couple de restaurateurs l'a appris à Alès aux portes des Cévennes. Corinne et Benoît ont racheté un ancien camping municipal, qui s'est trouvé être leur porte d'entrée dans le milieu de la restauration. C'est là -bas que les Vendéens ont appris à servir les clients, les accueillir, discuter avec eux et peaufiner cette atmosphère « familiale », sans qu'elle en devienne pesante.

Carte sur table

- Nombre de couverts/jour : 20

- Places assises : 30 salle + 30 terrasse

- Effectif : 0

- Ouverture : mardi de 18 h à 1 h Mercredi, jeudi et vendredi de 10 h 30 à 13 h 30 et de 18 h à 1 h Samedi et dimanche de 18 h à 1 h

- Ticket moyen : midi 11 € et soir 16 €

- Prix plat à emporter : à partir de 9 €

- Premier prix bouteille ou verre de vin : verre de vin 2 € ; bouteille de vin 9 €

Articles connexes