Covid-19

Equipement & Services

Food & Drinks

L'actualité en bref

La Tournée des Patrons

Vertueux

Consentement d'utilisation des Cookies

J'accepte Notre site sauvegarde des traceurs textes (cookies) sur votre appareil afin de vous garantir de meilleurs contenus et à des fins de collectes statistiques.Vous pouvez désactiver l'usage des cookies en changeant les paramètres de votre navigateur. En poursuivant votre navigation sur notre site sans changer vos paramètres de navigateur vous nous accordez la permission de conserver des informations sur votre appareil. Politique de cookies

La Tournée des Patrons

Sète : cité portuaire dynamique | Oh Gobie : passion poissons

En moins de dix ans, Oh Gobie est devenu une adresse incontournable de la restauration marine à Sète. Implantée près de la criée, le restaurant de Gabriel de Pouzilhac mise sur des produits frais issus de la pêche locale, découpés et préparés par le chef.

Ce nom fait référence à l'enfance et à Sète. Le gobie est le poisson que le propriétaire sétois - fier de sa ville - pêchait pendant sa jeunesse pour nourrir les chats du quartier de la Pointe Courte. Si celui-ci, utilisé principalement pour la soupe, n'est pas à la carte, les poissons et les plats marins forgent l'identité de son restaurant. Ici, la volonté est avant tout de travailler « le produit brut » . Installé près de la criée de Sète, Gabriel de Pouzilhac se fournit chez son fidèle mareyeur, mais aussi auprès de petits pêcheurs (à la ligne ou à la palangre), ceux qui pêchent à l'étang de Thau et chez des ostréiculteurs locaux. « Sète est une ville de pêcheurs, donc il ne faut pas se tromper. On ne peut pas parler du poisson si on ne le connaît pas » , soutient-il. Chez Oh Gobie, l'offre varie selon la saison : les palourdes, la daurade et le thon rouge - inévitable à Sète - sont découpés et préparés sur place. « Je n'oublierai jamais comment je suis arrivé jusque-là. C'est en vendant des moules, en discutant de poissons et en faisant des choses simples que tout a pris », raconte-t-il.

Côté cuisine, il propose des plats sétois influencés par l'immigration italienne. La macaronade - préparation à base de pâtes, d'un mélange de viande (brageole) et de sauce tomate - a été le plat signature d'Oh Gobie. « Nous avons été le premier restaurant à en faire tous les jours, assure le propriétaire. Ici, si tu fais une mauvaise ma-caronade, les gens ne reviennent plus jamais. » Aujourd'hui, la maison est reconnue pour son thon rouge, cuisiné cru ou cuit. « C'est une grande force chez nous ! Nous avons des personnes qui sont formées pour découper le thon. Nous sommes en deuxième ligne [d'achat, NDLR] chez notre mareyeur », affirme-t-il. Le restaurant, qui voit passer les tonneliers devant sa grande terrasse, est devenu une référence pour manger du poisson frais.

Gabriel de Pouzilhac

À la tête

« Je n'ai pas fait d'école d'hôtellerie. Je suis un épicurien, j'adore le produit et j'ai toujours été très gourmand », raconte Gabriel de Pouzilhac, également passionné par sa ville. De 17 à 25 ans, il fait ses premières armes dans l'établissement de son oncle et tombe amoureux du métier. Mais c'est au cours d'une expérience prolongée aux Antilles qu'il découvre les différentes ficelles de la profession, et devient rapidement directeur d'établissement. À son retour à Sète, le projet d'ouvrir son propre restaurant « s'est dessiné tout seul » . Il achète alors un local fermé depuis quelques années, pour ouvrir « le 5 juin 2013 » face au canal, ce qui est désormais Oh Gobie.

Carte sur table

- Chiffre d'affaires : NC (en croissance depuis 10 ans)

- Nombre de couverts/jour : 200

- Places assises : 100 (répartis en 3 salles) + 200 en terrasse

- Effectif : 10 (hiver) et 20 (pleine saison)

- Ouverture : du lundi au dimanche (pleine saison) : 12 h-14 h 30 / 19 h-22 h 30 (fermé dimanche soir) • Ticket moyen : 30-35 €

- Plat du jour (midi) : moins de 20 €

- Plats à la carte (soir) : de 8 € à 40 €

- Premier prix verre de vin : 5 €

• Premier prix bouteille de vin : 19 €

Articles connexes