Comptoirs // Matfer-Bourgeat : secrets de fabrication

Food & Drinks

L'actualité en bref

La Sélection Drinks

La Sélection Equipement & Services

La Tournée des Patrons

Profession

Consentement d'utilisation des Cookies

J'accepte Notre site sauvegarde des traceurs textes (cookies) sur votre appareil afin de vous garantir de meilleurs contenus et à des fins de collectes statistiques.Vous pouvez désactiver l'usage des cookies en changeant les paramètres de votre navigateur. En poursuivant votre navigation sur notre site sans changer vos paramètres de navigateur vous nous accordez la permission de conserver des informations sur votre appareil. Politique de cookies

Reportage

Petit équipement | Matfer-Bourgeat : secrets de fabrication

Le groupe français bicentenaire, spécialisé dans les équipements de cuisine, nous a ouvert les portes de son usine historique dans l'Orne. Ici, technologie et robotique suppléent les hommes dans les process de fabrication.

Le long de la départementale 918, à la sortie du village de Longny-au-Perche, Matfer-Bourgeat a bâti sa toute première usine en 1967.

Pourtant, avant d'arriver dans ce coin tranquille de l'Orne, l'entreprise a connu plusieurs sites de production et dirigeants. Car l'histoire commence en 1814. Charles Trottier fonde alors à Paris Matfer (pour « matériel en ferblanterie ») et installe son atelier de moules à pâtisserie aux Halles. Après un rachat par Alphonse Delaverne en 1899, la production est déplacée aux Lilas (où est toujours le siège social). Puis, en 1921, Gaspard Mora prend les rênes du fabricant et deux cents ans plus tard, la quatrième génération de la famille Mora préside toujours aux destinées de ce qui est devenu un groupe industriel. La société possède quatre usines en France, propose près de 16 000 références de produits (de la cuisine à la salle) et s'ouvre à l'international. Pourtant, à Longny, l'image qui se dégage est plus celle d'une PME. En témoi gne l'atelier tôlerie, le pôle historique créé avec l'usine, qui a traversé les années et qui est aujourd'hui le seul secteur où tout est encore fait à la main. Il sert notamment à répondre aux demandes de sur-mesure, comme la fabrication de moules spécifiques à destination des MOF.

Mais il suffit de changer de salle pour décou vrir la véritable ADN de Matfer-Bourgeat : l'innovation. Machines ultra-moder nes et robots rythment la vie du lieu :

« La robotisation est un enjeu incontournable, prévient Luc Van Ryssel, directeur général. D'ici à 2025, 70 % de nos emplois vont changer. Mais attention, chez nous, le robot ne va pas remplacer l'humain, il va le transformer, le dédouaner des gestes répétitifs. » La relation étroite entre l'homme et la machine se retrouve dans tous les secteurs. Prenons l'exemple de la fabrication d'un ustensile emblématique : le fouet. S'il faut moins de deux minutes à la machine (un modèle unique imaginé par les ingénieurs présents sur le site) pour transformer une simple tige d'acier en un entremêlement de fils à mémoire de forme, l'assemblage et la finition, eux, nécessitent le coup de main de l'homme.

L'innovation se retrouve également dans la manière qu'a la marque d'anticiper les besoins des professionnels. « Nous sommes toujours à l'écoute des chefs », souligne François Bidoux, directeur marketing. Preuve en est avec la découverte du concept d'art de la table « burger chic » dans l'aile de thermoformage. L'équipe de design en inter ne a développé une cloche transparente en copolymère styrène-acrylonitrile, qui vient coiffer une assiette en porcelaine noire (créée en partenariat avec Revol) pour un service de burger élégant. Autre innovation : l'Exoglass, présenté comme un matériau d'avenir et que l'on croise sur une multitude d'ustensiles et de moules de la marque. Ses spécificités sont la rigidité, un entretien facile et une résistance à des températures allant jusqu'à 250°. La qualité s'inscrit dans le temps donc, à l'image de Matfer-Bourgeat qui, deux cents ans après sa création, continue de faire de l'exigence son leitmotiv.

1- François Bidoux présente la cloche à burger : « On peut par exemple y emprisonner de la fumée pour créer un effet de surprise lors du service. »

2- Le fouet Matfer illustre la relation étroite entre l’homme et la machine.

3- Le site de Longny-au-Perche accueille également un bâtiment dédié à la logistique, qui gère l’envoi des commandes. Environ 200 000 sont expédiées chaque année.

4- L’usine de Longny, avec ses 200 employés, abrite un site de tôlerie et plasturgie produisant moules, plats de cuisson, petit matériel, ustensiles, outillage…

5- Une dernière cuisson à l’étuvée permet aux maristes de ne pas être imprégnées de l’odeur du silicone que l’on retrouve parfois sur les produits bas de gamme.

6- Les ingénieurs sont à pied d’oeuvre pour créer les moules des produits Matfer-Bourgeat. Il aura fallu, par exemple, deux mois pour produire ce moule à mouettes (de la conception à la fabrication).

7- Différents moules Exoglass.

8- L’atelier tôlerie et ses créations atypiques.

9- N’oublions pas les toques ! Matfer-Bourgeat en produit près de 400 par heure.

Articles connexes