Covid-19

Equipement & Services

Food & Drinks

L'actualité en bref

La Tournée des Patrons

Vertueux

Consentement d'utilisation des Cookies

J'accepte Notre site sauvegarde des traceurs textes (cookies) sur votre appareil afin de vous garantir de meilleurs contenus et à des fins de collectes statistiques.Vous pouvez désactiver l'usage des cookies en changeant les paramètres de votre navigateur. En poursuivant votre navigation sur notre site sans changer vos paramètres de navigateur vous nous accordez la permission de conserver des informations sur votre appareil. Politique de cookies

L'actualité en bref

Opération | Lyon : la Brasserie Georges relance ses choucroutes à emporter

Après une première opération réussie en décembre, la Brasserie Georges relance ses choucroutes à emporter le week-end du 15 au 17 janvier, en annonçant quelques nouveautés.

La Brasserie Georges, institution lyonnaise située juste derrière la gare de Perrache, relance son opération de choucroutes à emporter. En décidant d'ouvrir un week-end en décembre en vente à emporter pour proposer son plat phare, la brasserie ne se doutait pas du succès qu'elle allait rencontrer. En effet, d'après Le Progrès, alors que 1 500 choucroutes étaient prévues, ce sont 5 000 qui sont parties en seulement deux jours.

C'est donc naturellement que la brasserie remet le couvert, le week-end du 15 au 17 janvier. En plus de la choucroute, « la quenelle de brochet au velouté de crustacés et champignons sera à la carte », a précisé l'enseigne dans un post Facebook. 

Un mois de fermeture est égal à 100 000 euros de pertes

Dans une interview donnée au Progrès de Lyon, Jacky Gallmann, directeur général de la Brasserie Georges, déplore que le succès de ces opérations ponctuelles ne suffit pas à faire oublier les 7 mois de fermeture en continu que l'établissement vient de vivre. « On n’est pas particulièrement inquiets car la Brasserie Georges est la Brasserie Georges, confie le directeur, mais chaque mois de fermeture coûte 100 000 euros de charges fixes, sans compter le manque à gagner. Je suis surtout inquiet pour toute la filière, nos fournisseurs, qui ne reçoivent pas d’aides car ils ont officiellement le droit de travailler… »

Articles connexes