Covid-19

Equipement & Services

Food & Drinks

L'actualité en bref

La Tournée des Patrons

Vertueux

Consentement d'utilisation des Cookies

J'accepte Notre site sauvegarde des traceurs textes (cookies) sur votre appareil afin de vous garantir de meilleurs contenus et à des fins de collectes statistiques.Vous pouvez désactiver l'usage des cookies en changeant les paramètres de votre navigateur. En poursuivant votre navigation sur notre site sans changer vos paramètres de navigateur vous nous accordez la permission de conserver des informations sur votre appareil. Politique de cookies

L'actualité en bref

Formation | L’Umih demande le report d’une partie des examens des apprentis

Dans un courrier adressé au Président de la République, l’Umih demande une intervention auprès du ministère de l’Éducation nationale pour qu’une partie des examens de fin de cursus des apprentis en CHR soit reportée à septembre ou octobre prochain.

L’Umih s’inquiète pour les apprentis et déplore que, au vu de la situation, le ministère de l’Éducation nationale n’ait pas concerté les professionnels sur la décision de maintenir les examens aux dates prévues et dénonce « un coup dur à l’intérêt de l’apprentissage pour l’obtention du diplôme ».

« L’absence de réponse du ministère de l’Éducation nationale depuis des mois, malgré des courriers, des rencontres, nous inquiète et nous interroge sur les réelles intentions du gouvernement vis-à-vis de l’apprentissage pour notre branche, mais cela nous apparait surtout intolérable vis-à-vis de nos jeunes alternants fragilisés par la crise du Covid-19 dans leur parcours professionnel, alors même qu’une solution de bon sens est sur la table ! », commente Michel Bédu, président de la commission paritaire nationale de l’emploi des HCR et président du CFA de Nancy.

L’Umih rappelle que 75 % de ses apprentis diplômés de l’hôtellerie-restauration sont embauchés en CDI à la fin de leur contrat en alternance et que le secteur a toujours favorisé ce mode d’apprentissage en ayant en moyenne 15 000 apprentis par an et 38 000 dans ses CFA. En reportant les examens, les jeunes pourront parfaire leur apprentissage lors de la réouverture des établissements. En effet, à cause de la fermeture administrative, 90 % des apprentis sont privés de formation pratique en entreprise.

Articles connexes