Covid-19

Equipement & Services

Food & Drinks

L'actualité en bref

La Tournée des Patrons

Vertueux

Consentement d'utilisation des Cookies

J'accepte Notre site sauvegarde des traceurs textes (cookies) sur votre appareil afin de vous garantir de meilleurs contenus et à des fins de collectes statistiques.Vous pouvez désactiver l'usage des cookies en changeant les paramètres de votre navigateur. En poursuivant votre navigation sur notre site sans changer vos paramètres de navigateur vous nous accordez la permission de conserver des informations sur votre appareil. Politique de cookies

Cul Sec

Entretien décalé | Luc Fracheboud, propriétaire de La Bonne Franquette, Paris 18e

Le propriétaire de La Bonne Franquette, Luc Fracheboud, s'est prêté au jeu de notre entretien décalé.

Votre café ou restaurant préféré ?

Le Cellier, rue des Victoires [Paris 9e, NDLR], qui est un bistrot à vin. La bouffe est bien, la sélection des vins aussi et le chef, Stéphane Pitré, est commerçant et sympa. Et puis, c'est en bas de chez moi.

Une boisson et un lieu ?

Pour la boisson, du beaujolais, et pour le lieu, en Haute-Savoie, c'est chez moi.

Votre dieu du CHR ?

Gaby Biscay, il est Meilleur ouvrier de France et aussi un ami intime. Il a d'ailleurs été second au Ritz notamment. C'est un homme qui a aidé beaucoup de gens.

Votre péché mignon ?

Le fromage, j'en mange tous les jours. Et la charcuterie. Avec une bonne baguette, je ne pourrais faire des repas qu'avec ça.

Ce qui vous porte sur les nerfs dans la profession ?

La partie administrative. Elle est beaucoup trop chronophage, c'est hallucinant.

La dernière fois que vous vous êtes laissé emporter par l'ivresse ?

C'était au début novembre, à l'atelier d'un copain. Un bon moment accompagné d'un crémant d'Alsace, puis d'une bière.

Articles connexes