Covid-19

Equipement & Services

Food & Drinks

L'actualité en bref

La Tournée des Patrons

Vertueux

Consentement d'utilisation des Cookies

J'accepte Notre site sauvegarde des traceurs textes (cookies) sur votre appareil afin de vous garantir de meilleurs contenus et à des fins de collectes statistiques.Vous pouvez désactiver l'usage des cookies en changeant les paramètres de votre navigateur. En poursuivant votre navigation sur notre site sans changer vos paramètres de navigateur vous nous accordez la permission de conserver des informations sur votre appareil.

Business & Stratégie

Covid-19 | Liquidation judiciaire : reprise à la barre

Alors que de nombreux établissements risquent d’être en faillite d’ici à la fin de l’année, certains entrepreneurs vont s’intéresser aux opportunités de reprise de fonds de commerce à la barre du tribunal. Dans le numéro d’octobre, nous avions exploré le cas du rachat d’une affaire en redressement judiciaire. Baptiste Robelin, avocat associé du cabinet NovLaw se penche cette fois sur le cadre applicable à la liquidation judiciaire.

Malheureusement, la période singulière que nous vivons laisse présager une augmentation massive du volume de ventes de fonds de commerce « à la barre du tribunal ». Il n’est, en effet, pas certain que tous les exploitants, notamment les cafetiers et les restaurateurs, disposeront de suffisamment de ressources pour faire face aux conséquences économiques de la crise sanitaire de la Covid-19. Comme expliqué dans le précédent numéro de la Revue des comptoirs (n° 240-octobre), derrière l’expression générique de « vente à la barre du tribunal » existent en réalité deux régimes juridiques distincts : la cession d’entreprise en redressement judiciaire, et la cession d’actifs en liquidation judiciaire. Dans le présent article, nous vous proposons un focus pratique sur les reprises d’actifs en cas de liquidation judiciaire.

Dossier dépôts de bilan et reprise à la barre : 

Rappel chronologique de la procédure

Lorsque l’entreprise n’est plus en mesure de faire face à ses dettes (locatives, bancaires, sociales, etc.), il est de la responsabilité du gérant de déclarer l’état de cessation des paiements dans un délai de quarante-cinq jours à compter de l’apparition des difficultés. À défaut, il s’expose à des sanctions civiles, voire pénales. À partir de cette déclaration, et en principe après une première période d’observation de six mois, soit le tribunal ordonnera le redressement judiciaire de la société, s’il apparaît possible pour la société de régler ses dettes avec un échéancier (jusqu’à dix ans) ; soit le tribunal ordonnera la liquidation de la société : c’est-à-dire sa dissolution en procédant à la vente de l’ensemble de ses actifs (le produit de la vente étant destiné à tenter de payer les différents créanciers). La liquidation entraîne l’arrêt immédiat de l’activité de l’entreprise et le licenciement économique des éventuels salariés. Le mandataire judiciaire désigné par le tribunal (liquidateur) aura alors comme mission de vendre les actifs de la société.

Comment savoir si des biens en liquidation sont à vendre ? 

La loi prévoit une publicité obligatoire préalable à toute vente à la barre du tribunal, qu’il s’agisse d’une cession en redressement ou en liquidation judiciaire. Vous pouvez donc consulter ces annonces sur des sites ou des journaux spécialisés (CNAJMJ, Les Échos, etc.) et parfois même sur des sites grand public, type Le Bon Coin.

Comment déposer une offre ? 

Le liquidateur indiquera le plus souvent dans son annonce le délai et les modalités pratiques de remise des offres (entre ses mains ou bien celles d’un huissier de justice). Le candidat repreneur devra alors remettre son offre en mentionnant son identité, les actifs dont la reprise est envisagée (le fonds de commerce dans sa globalité ou bien certains actifs uniquement), le prix proposé et les garanties.

Comment fixer le prix ? 

Les critères de fixation du prix sont difficiles à présenter. Il existe cependant des indicateurs : par exemple, pour certains actifs, le marché de l’occasion est connu. Pour d'autres, le juge-commissaire se réfère certainement à la valeur nette comptable de l'actif si immobilisé, la valeur d'acquisition s’il s’agit du stock, les frais à engager pour remettre le bien en état ou pour le déplacer, la rapidité d'enlèvement d'un bien qui va libérer un local et éviter des loyers ou le paiement d'une assurance, et, évidemment, le passif à recouvrer dans le cadre de la procédure.

Le candidat repreneur connaît-il les offres faites par les autres candidats et peut-il améliorer son offre ?

Non, c’est l’une des différences majeures avec le régime de la reprise en redressement judiciaire. En cas de liquidation judiciaire, les offres sont remises sous pli cacheté au liquidateur et les candidats repreneurs n’ont en principe pas accès aux autres offres. À l’ouverture des plis, le juge-commissaire se prononce en fonction des offres et désigne donc le plus offrant.

Le repreneur reprend-il le passif du débiteur ? 

La cession étant faite en liquidation judiciaire, le repreneur ne reprend aucun passif.
Attention toutefois : en cas de reprise du fonds de commerce (ou du droit au bail), le candidat repreneur peut, dans certains cas, être contraint de reprendre l’arriéré locatif, si le bail renferme ce que l’on appelle une « clause de solidarité inversée ». Ce type de clause prévoit en effet que le cessionnaire est garant du cédant en cas de cession du droit au bail.
De même, en principe, le candidat repreneur n’a pas à reprendre les salariés. Ceux-ci disposent toutefois d’une priorité de réembauchage, qu’il conviendra d’anticiper.

Les offres d'acquisition peuvent-elles être retirées ? 

L'acquéreur ne peut revenir sur sa proposition et refuser de passer l'acte (ou de payer le prix) une fois que l'ordonnance autorisant la vente est rendue. C’est pourquoi il est vivement conseillé de se faire accompagner d’un conseil compétent en la matière avant de former son offre de reprise. Cela vous permettra de bien déterminer l’étendue de vos engagements en cas de cession (de déterminer notamment l’existence d’arriérés locatifs repris, et d’anticiper la reprise
éventuelle de salariés). Cela vous aidera également à proposer un prix en fonction des meilleurs critères, économiques, mais également juridiques. 

Articles connexes

Le Magazine

Agenda

Du 11 au 15 janvier 2021

Hopwine - en ligne

En savoir plus
Les 25, 26 et 27 janvier 2021

Millésime Bio - Montpellier

En savoir plus
Du 01 au 02 fevrier 2021

Resthotel

En savoir plus
Les 15, 16 et 17 février 2021

WINE - Paris

En savoir plus
Les 15, 16 et 17 février 2021

Phar'Event - Paris

En savoir plus
Les 23, 24 et 25 février 2021

Vinexpo - Hong Kong

En savoir plus
Du 27 février au 7 mars 2021

Concours Général Agricole du Salon de l'Agriculture - Paris

En savoir plus
Du 15 au 19 mars 2021

Les Grands Jours de Bourgogne

En savoir plus
07 et 08 avril 2021

Sandwich & Snack Show - Paris

En savoir plus
Les 09,10, et 11 avril 2021

Salon des vins des Vignerons Indépendants - Paris

En savoir plus
Du 18 au 21 avril 2021

Vinitaly, Enolitech, Sol & Agrifood - Veronne

En savoir plus
29 mai au 2 juin 2021

Sirha - Lyon

En savoir plus
Du 23 au 25 fevrier 2021

SETT - Montpellier

En savoir plus
Les 2 et 3 mars 2021

Food Hotel Tech - Paris

En savoir plus
Du 2 au 5 mars 2021

ProWine Asie - Singapour

En savoir plus
Les 15, 16 et 17 mars 2021

Egast - Strasbourg

En savoir plus
Les 21, 22 et 23 mars 2021

Prowein - Düsseldorf

En savoir plus
Du 22 au 23 mars 2021

Resthotel

En savoir plus
Du 07 au 08 avril 2021

Snack show

En savoir plus
Les 9, 10 et 11 avril 2021

Salon des vins « Les Printemps de Châteauneuf-du-Pape »

En savoir plus
Les 10, 11 et 12 avril 2021

Rhum Fest Paris - Vincennes

En savoir plus
Les 12 et 13 avril 2021

Vinomed - Montpelier

En savoir plus
Du 18 au 21 avril 2021

Sol&Agrifood

En savoir plus
Les 23,24 et 25 avril 2021

Grand week-end des Crozes-Hermitage - Mercurol

En savoir plus
Du 17 au 20 mai 2021

Hostelco - Barcelone

En savoir plus
Du 18 au 21 mai 2021

ProWine Asie - Hong Kong

En savoir plus
Du 29 mai au 02 juin 2021

Sirha

En savoir plus
Du 17 au 21 juin 2021

Bordeaux fête le vin

En savoir plus
Du 26 au 27 septembre 2021

Salon Gourmet Selection

En savoir plus
Du 17 au 20 octobre 2021

Serbotel, Nantes

En savoir plus
Les 21, 22 et 23 novembre 2021

EXP'HÔTEL - Bordeaux

En savoir plus
2021

Printemps des Liqueurs

En savoir plus
2021

Paris coffee show

En savoir plus
2021

Air Provence - Var

En savoir plus
2021

M.A.D.E - Paris

En savoir plus
2022

SIAL Paris

En savoir plus
2022

Equip'hotel - Paris

En savoir plus
2022

Les Brasseurs de France au Salon de l'Agriculture - Paris

En savoir plus
Reporté en 2022

Salon International de l'Agriculture - Paris

En savoir plus