Comptoirs // Les « Tinder » de la restauration

Food & Drinks

L'actualité en bref

La Tournée des Patrons

Sélection Equipement & Services

Consentement d'utilisation des Cookies

J'accepte Notre site sauvegarde des traceurs textes (cookies) sur votre appareil afin de vous garantir de meilleurs contenus et à des fins de collectes statistiques.Vous pouvez désactiver l'usage des cookies en changeant les paramètres de votre navigateur. En poursuivant votre navigation sur notre site sans changer vos paramètres de navigateur vous nous accordez la permission de conserver des informations sur votre appareil. Politique de cookies

Foodtech

Spécial recrutement | Les « Tinder » de la restauration

Le digital fait naître des passions amoureuses, pourquoi pas des coups de cœur professionnels? De nombreuses applications proposent des systèmes de mise en relation entre candidats et recruteurs. Et grâce à l’intelligence artifi cielle, le bon profi l est peut-être à portée de main. Coup d’œil sur ces solutions pour recruter en un clic.

Question de compatibilité

Objectif : trouver une ressource temporaire de qualité

Sur Brigad, lorsqu’un restaurateur a besoin de recruter, il poste une offre de mission sur l’application qui génère un devis instantané. Tous les candidats sont micro-entrepreneurs, la relation avec le restaurateur est donc une prestation de service et non du salariat. La plate-forme fi xe elle-même les tarifs par métier
et par zone géographique ( 22 €/heure pour un serveur à Paris) et se charge d’éditer les factures. L’algorithme identifi e immédiatement les candidats les plus pertinents et en propose un seul au restaurateur. Si les deux acceptent, la mission peut commencer immédiatement. « Lorsqu’un restaurateur ouvre un compte, nous récoltons auprès de lui un grand nombre d’informations sur son activité et ses besoins. De même pour les candidats. Cela nous permet d’obtenir un taux de satisfaction élevé », explique Jean Lebrument, cofondateur de Brigad. L’application capitalise sur la qualité de son recrutement. « Nous avons une équipe RH en interne pour la qualifi cation. Pour 100 candidats inscrits, seuls 10 seront sélectionnés pour des missions. » L’équipe vérifi e également toutes les données administratives des candidats et les auditionne en entretien avant de valider leur profi l. Les travailleurs et les restaurateurs peuvent également s’évaluer mutuellement sur la plate-forme ce qui permet à Brigad d’affi ner la fi che de chacun et augmenter le taux de compatibilité profi ls/missions.


● En chiffres : 3 000 travailleurs inscrits et 1 000 établissements
● Où ? Région parisienne et Lyon
● Coût : commission de 25 % (incluse dans le tarif horaire annoncé) 

  

Jean Lebrument, cofondateur de Brigad

Chez Badakan, le principe est sensiblement le même. Le restaurateur poste une mission qui est transmise par notifi cation aux travailleurs correspondant au profil et qui peuvent ainsi se positionner immédiatement. Le restaurateur arrête alors son choix. Le recruteur ne s’occupe d’aucune démarche administrative. Comme dans une agence d’intérim, Badakan conclut des contrats de travail temporaire (de quelques heures à quelques mois) avec les candidats retenus qui n’ont donc pas de lien avec l’employeur. « Si une collaboration se passe bien et que l’employeur souhaite embaucher un candidat, il peut le faire gratuitement après 450 heures (environ 3 mois à temps plein, N.D.L.R.) chez Badakan », précise Benjamin Leida, cofondateur. La force de l’application, c’est que son vivier est essentiellement issu des écoles de la restauration dont l’appli est partenaire (une soixantaine en France). Elle propose des profi ls jeunes mais expérimentés. « Nous recrutons seulement des personnes diplômées ou avec six mois d’expérience au moins. Nous incitons aussi nos Badakaners à faire jouer leur réseau en parrainant de nouveaux talents en qui ils ont confi ance. » Les informations sont systématiquement vérifi ées par l’équipe ressources humaines et un système de notation permet de valoriser les candidats sérieux.

● En chiffres : 15 000 candidats inscrits
● Où ? À Paris, Lyon, Lille, Strasbourg, Bordeaux
● Coût : commission égale au tarif horaire brut doublé (tous frais compris)

Coup d’un soir

Objectif : trouver des extras rapidement

Sur Extracadabra, il ne faut pas plus de 10 secondes à un recruteur pour poster une annonce. Après avoir renseigné les qualifi cations requises, la date et les horaires de la mission et son prix, il reçoit une sélection des meilleurs profi ls ayant postulé à l’annonce. Ne reste plus qu’à confi rmer son choix. Les travailleurs peuvent être évalués à l’issue de leur mission et sont sanctionnés par ce même système de notation s’ils annulent leur venue moins de 24 heures avant le début du service. Les références de chaque candidat sont vérifi ées lors de leur inscription.

● En chiffres : 60 000 inscrits, 2 000 établissements
● Où ? Principalement en Île-de-France
● Coût : 39 € à chaque mise en relation. L’administratif peut être géré en option à partir de 17 € HT/heure.

Le Club des extras répertorie 10 000 professionnels de la restauration sous statut de micro-entrepreneurs dont les références sont vérifi ées. La plate-forme permet de choisir celui qui répond le mieux au besoin et qui est disponible. Lorsqu’une collaboration est conclue, l’application fait offi ce d’intermédiaire de paiement entre le prestataire et l’établissement.

● En chiffres : 10 000 candidats inscrits
● Où ? France entière
● Coût : de 15 à 25 € HT/heure selon le profi l du candidat.

Gofer propose uniquement des missions d’extras dans l’ensemble des branches de la restauration, de l’hôtellerie et du traiteur. Son vivier est globalement expérimenté, à l’instar des autres acteurs du secteur. « Si les candidats ont moins d’un an d’expérience, ils sont qualifi és comme débutants et se voient octroyer des missions en fonction », souligne Isabel Yus, cofondatrice et directrice marketing et communication de Gofer. La mise en relation passe
également par la publication d’annonces notifi ées aux candidats pertinents, mais l’application souligne qu’elle « n’est pas dans une promesse de temps de recrutement minimum ». Sa force, c’est sa capacité à créer un réseau de collaborateurs. Les travailleurs peuvent se rencontrer, participent à des formations et sont accompagnés par Gofer avant et après chaque mission pour les impliquer. « Nous avons mis en place un système de contrats directs. Si un restaurateur a été satisfait d’un extra par le passé, il peut l’ajouter dans sa liste de favoris et lui proposer en exclusivité une mission lorsqu’il a besoin de quelqu’un. » La plate-forme permet aux employeurs de pointer les heures réellement effectuées et prend en charge l’ensemble de l’administratif (contrats et fi ches de paie).

● En chiffres : 10 000 travailleurs inscrits et 300 établissements
● Où ? En Île-de-France
● Coût : commission de 15 % sur le montant total de la mission.

De temps en temps

Objectif : trouver des personnes à la recherche d’un temps partiel

Les postes à temps partiel, c’est un impératif pour de nombreux restaurateurs. Mais ce n’est pas toujours simple de trouver et de fi déliser des candidats intéressés. L’application Job Hopps a été développée pour rapprocher les besoins des entreprises des disponibilités de travailleurs à temps partiel. « Nous n’avons pas voulu créer une application centrée sur les métiers, mais sur des besoins géolocalisés », explique Samuel Dewitte, DRH de Hopps group. L’interface permet au candidat, grâce à un plan, d’identifi er rapidement quelles entreprises recrutent à temps partiel autour de chez lui ou de l’endroit où il travaille déjà sur un temps partiel. Il peut ainsi envisager de compiler son emploi du temps pour se constituer un équivalent temps plein, en CDI. Le système concerne essentiellement des emplois peu qualifi és. Il revendique une approche plus sociale de la recherche d’emploi et souligne le rôle de l’employeur pour que celle-ci soit fructueuse. « C’est une manière de lutter contre les temps partiels subis en permettant à ses employés de trouver une activité complémentaire. Si le maillage des deux contrats est bon, il y a plus de chances de garder l’employé longtemps dans l’entreprise. »

● En chiffres : 5 000 emplois pourvus (dont 150 en restauration)
● Où ? France entière
● Coût : gratuit

Relation longue durée

Objectif : recruter sereinement pour un CDI

Le site Waiter mise de son côté sur le long terme et souhaite apporter l’assurance d’un recrutement qui a de l’avenir. Lorsqu’un candidat postule à l’offre d’un établissement, le recruteur voit s’affi cher un pourcentage de compatibilité entre le profi l et ses besoins qui prend également en compte la proximité géographique et le niveau de disponibilité du candidat. « Nous les incitons à mettre leur profi l à jour souvent », précise Joé Marc, cofondateur. L’outil permet de gagner du temps et d’entrer en contact uniquement avec les bons postulants. Une messagerie interne permet ensuite aux deux parties d’échanger et de contractualiser ou non. Les questions administratives ne sont pas traitées par le site.

● Où ? Toute la France
● Coût : forfait mensuel pour les recruteurs à 100 € HT/mois (sans engagement) donnant droit à la publication d’une annonce. Ces crédits peuvent être cumulés jusqu’à 12 mois.