Covid-19

Equipement & Services

Food & Drinks

L'actualité en bref

La Tournée des Patrons

Vertueux

Consentement d'utilisation des Cookies

J'accepte Notre site sauvegarde des traceurs textes (cookies) sur votre appareil afin de vous garantir de meilleurs contenus et à des fins de collectes statistiques.Vous pouvez désactiver l'usage des cookies en changeant les paramètres de votre navigateur. En poursuivant votre navigation sur notre site sans changer vos paramètres de navigateur vous nous accordez la permission de conserver des informations sur votre appareil. Politique de cookies

L'actualité en bref

Conjoncture | Les Français sont-ils prêts à dépenser plus au restaurant ?

Entre les longs mois d’arrêt et l’augmentation des coûts des matières premières, les prix des menus et les tickets moyens risquent de fluctuer. Pour autant, les consommateurs vont-ils dépenser davantage ?

Près de la moitié des restaurateurs constatent que les clients dépensent moins et sont plus avares en pourboire qu’auparavant, révèle la dernière étude Lightspeed. Pourtant, cet été, près de la moitié des restaurants ont enregistré une augmentation des réservations. Le nombre de convives par tables a également été plus élevé qu’avant. 

De son côté, Bernard Boutboul de Gira Conseil estime le ticket moyen augmente pour deux raisons. « Il évolue à la hausse sous l’impulsion des clients qui veulent se faire plaisir, mais aussi mécaniquement avec des hausses de prix de vente dû à l’augmentation des matières premières et de l’énergie », souligne-t-il, notant au passage que les prix dans les restaurants n’avaient pas augmenté depuis deux ans.


2022, une année faste 

Selon l’étude de Lightspeed, 67 % des professionnels estiment que leur business est plus profitable aujourd’hui et 48 % prévoient qu’il le sera encore davantage dans les mois à venir. D’ailleurs, si les Français puisent dans l’épargne accumulée pendant les périodes de confinement, l’année 2022 pourrait être faste pour l’économie. Selon l’Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE), cette épargne accumulée équivaut à 11 % du revenu annuel des Français. « Il y a probablement de bonnes surprises à attendre en 2022 de ce qui se passera sur la consommation des ménages », estime Xavier Ragot, président de l’OFCE dans les colonnes des Echos. Selon les spécialistes, la hausse du PIB pourrait être de 4 % dans l’hexagone. Un signe de bon augure pour les commerçants, qui pourraient voir leurs chiffres d’affaires grimper. 


Inquiétude des restaurateurs 

Toutefois, le nombre croissant de réservations et la surfréquentation des établissements inquiètent 34 % des répondants de l’étude Lightspeed, notamment à l’approche des fêtes. La période de fin d’année, pour 25 % des professionnels, excèdera cette année le niveau d’avant la crise sanitaire.

Articles connexes