Covid-19

Equipement & Services

Food & Drinks

L'actualité en bref

La Tournée des Patrons

Vertueux

Consentement d'utilisation des Cookies

J'accepte Notre site sauvegarde des traceurs textes (cookies) sur votre appareil afin de vous garantir de meilleurs contenus et à des fins de collectes statistiques.Vous pouvez désactiver l'usage des cookies en changeant les paramètres de votre navigateur. En poursuivant votre navigation sur notre site sans changer vos paramètres de navigateur vous nous accordez la permission de conserver des informations sur votre appareil. Politique de cookies

Edito

Mesures sanitaires | Le passe qui ne passe pas toujours

Le passe sanitaire, qui est entré en vigueur le 9 août dernier pour les bars et restaurants, pose question. Hormis le fait que son adoption comprend des restrictions de liberté inédites, sa mise en œuvre semble déjà freiner les envies de sorties des clients. Selon une enquête menée par le Syndicat des indépendants et des TPE, 73 % des restaurateurs interrogés annoncent subir une baisse de fréquentation et donc de chiffre d'affaires de l'offre de 40 %. Si le déploiement du passe peut se comprendre à l'intérieur des établissements - le virus circulant principalement dans les lieux clos selon le consensus scientifique -, son extension en terrasse est difficilement compréhensible. Sans compter que la question du contrôle est centrale. Des restaurateurs avec lesquels je me suis entretenue cet été m'ont fait part de leur embarras concernant leur clientèle d'habitués. Ils ne se voient pas les contrôler tous les jours et leur demander de partir une fois assis. En réalité, les professionnels sont pour la majorité tout simplement mal à l'aise de contrôler leurs clients et de « faire la police ». Ils défendent l'idée de pouvoir accueillir tout le monde sans discrimination. Au-delà de l'éthique, le passe sanitaire peut avoir un impact sérieux sur la relation employeur-employé. Il demeure impérativement une situation à préciser : celle où le salarié réfractaire au vaccin décide de se faire placer en arrêt maladie pour éviter la vaccination. L'employeur se retrouverait alors dans l'impossibilité de le licencier sauf si son absence perturbe le fonctionnement de l'entreprise, ce motif de recours étant difficilement admis par les tribunaux.

Espérons que tous les efforts entrepris par les restaurateurs n'auront pas été vains, et que ce fameux passe sanitaire servira au moins de rempart contre le variant Delta et permettra d'éviter de nouvelles fermetures…

Articles connexes