Food & Drinks

L'actualité en bref

La Tournée des Patrons

Sélection Equipement & Services

Consentement d'utilisation des Cookies

J'accepte Notre site sauvegarde des traceurs textes (cookies) sur votre appareil afin de vous garantir de meilleurs contenus et à des fins de collectes statistiques.Vous pouvez désactiver l'usage des cookies en changeant les paramètres de votre navigateur. En poursuivant votre navigation sur notre site sans changer vos paramètres de navigateur vous nous accordez la permission de conserver des informations sur votre appareil. Politique de cookies

Foodtech

Botnation AI | Le Chatbot, ça vous parle ?

Et si vous répondiez aux questions de vos clients 24h/24 ? Enfin, pas tout à fait vous, mais plutôt le chatbot de votre restaurant. Cette messagerie instantanée intelligente a plusieurs avantages pour la restauration et n’est pas difficile à mettre en place. Lorsqu’un client souhaite obtenir un renseignement ou faire une réservation, il consulte le site Internet du restaurant, les réseaux sociaux ou passe un coup de téléphone. S’il ne trouve pas de réponse immédiatement, il y a de fortes chances qu’il passe son chemin… Avec un chatbot, cela n’arriverait pas. À l’heure où la réactivité est le maître mot de la relation client, ce système est du pain béni pour dégager du temps aux restaurateurs qui animent eux-mêmes leurs réseaux sociaux.

Un chatbot se présente sous la forme d’une messagerie instantanée, souvent sur Messenger, capable de discuter en toute autonomie avec un client lorsque celui-ci se rend sur la page Facebook du restaurant. « Pour démarrer, un chatbot simple suffit, explique Emmanuel Françoise, cofondateur de la plate-forme Botnation, qui permet de créer son chatbot en quelques minutes grâce à une interface, pas à pas. L’idée, c’est de permettre de répondre aux demandes les plus courantes comme les horaires, les menus de la semaine, le type de cuisine… Pour les questions plus complexes, le chatbot invite à appeler le restaurant. L’objectif n’est pas de remplacer l’humain, mais au contraire, de lui redonner de la valeur ajoutée. Même s’il ne sait pas répondre, le chatbot a au moins engagé le contact. »

C’est aussi un moyen de garder le lien avec ses clients en leur proposant de recevoir régulièrement des nouvelles du restaurant via ce canal. Chaque lundi, par exemple, le chatbot peut relancer la conversation pour informer le client des menus de la semaine ou d’une promotion.

« C’est le même principe qu’une newsletter, mais avec un taux d e retours beaucoup plus important. Messenger, c’est le même canal que celui de nos proches, ça rassure. » Si par contre, on souhaite faire de son chatbot un vrai moulin à paroles, mieux vaut se tourner vers une agence spécialisée. Elle saura élaborer des scénarios complexes qui lui permettront de suivre une conversation approfondie et d’interagir avec des fonctions annexes.

Cette technologie peut également profiter aux restaurateurs de manière indirecte. Citron et MiamBot sont également des chatbots, mais ils permettent de guider les clients dans leur choix de restaurant. Citron axe davantage son service sur des suggestions personnalisées, alors que MiamBot mise sur la transparence, avec la possibilité de sélectionner l’établissement selon son niveau d’hygiène.

« C’est une manière de s’affranchir des avis publiés sur Internet, une information objective qui rassure et qui permet de gagner en visibilité (les données sont issues du site gouvernemental Alim’confiance, NDLR) », souligne Alexis Vilarino, CEO de MiamBot. Les restaurateurs peuvent inscrire leur établissement sur chacun des chatbots pour en profiter.

- Pour tester le principe : Botnation.ai

- Pour aller un peu plus loin : monchatbot.com ; thechatbotfactory.com