Covid-19

Equipement & Services

Food & Drinks

L'actualité en bref

La Tournée des Patrons

Vertueux

Consentement d'utilisation des Cookies

J'accepte Notre site sauvegarde des traceurs textes (cookies) sur votre appareil afin de vous garantir de meilleurs contenus et à des fins de collectes statistiques.Vous pouvez désactiver l'usage des cookies en changeant les paramètres de votre navigateur. En poursuivant votre navigation sur notre site sans changer vos paramètres de navigateur vous nous accordez la permission de conserver des informations sur votre appareil. Politique de cookies

Food & Drinks

Snacking | Le burger détrône le sandwich en France

Coup de théâtre ! Au pays de la gastronomie, il s’est vendu plus de burgers en 2017 que de jambon-beurre.

En cause ? L’omniprésence du burger qui s’affiche désormais à la carte de 85 % des restaurants, présent tant à table qu’au comptoir. « Cela fait trois ans qu’on parle d’euphorie, de folie pour le burger et là cette année on ne sait plus comment qualifier cet effet compresseur, c’est de l’hystérie. Pour 2007, on enregistre 1,460 milliard d’unités vendues, en croissance de 9 %, une croissance phénoménale », explique Bernard Boutboul, directeur du cabinet Gira Conseil et auteur du fameux Indice jambon-beurre, baromètre du secteur du snacking. Mais que les Français se rassurent, le jambon-beurre reste leader des ventes de sandwichs en France (en croissance de 1,7 % avec 2,39 milliards d’unités). Il s’est écoulé 1,215 milliard d’unités de ce sandwich star l’année passée (+ 1,33 %). Mais en 5 ans, sa part de marché a reculé, passant de 62 % des ventes à 50,8%. L’explication tient notamment dans son prix de vente. « Le jambon-beurre reste un produit d’appel, d’entrée de gamme. Sur le long terme, le fait que son prix augmente sans que la qualité ne suive peut rebuter les consommateurs », analyse Bernard Boutboul. La multiplication des acteurs et de l’offre joue bien évidemment sur ces résultats. Le chiffre d’affaires du secteur du snacking atteint aujourd’hui 51 milliards d’euros ; il a triplé en 15 ans. « Il y a encore 7-8 ans, le jambon-beurre avait pour concurrent deux ou trois produits classiques comme le hamburger ou la pizza. Aujourd’hui, le sandwich préféré des Français doit faire face à une cinquantaine de spécialités comme les tacos, bagel, bao burger, kalamaki, banh mi, bagnat, suédois, onigri… » relève Sylvie Gaudy, directrice du salon Sandwich & Snack Show. Face à une premiumisation globale du marché, le prix moyen du sandwich gonfle pour atteindre 3,62€ (+3.1% tous circuits confondus). Du côté du jambon-beurre, il faut compter en moyenne 2,91 € dans les agglomérations de moins de 50 000 habitants contre 2,96 € pour celles de plus de 50 000 habitants. Sans surprise, Paris reste la ville la plus chère avec un jambon-beurre vendu en moyenne à 4 € (+ 14,94 %). Suivent à égalité Lyon et Bordeaux (3,34 €). Les villes les moins chères sont Tulle (2,48 €), Marseille (2,56 €) et Nevers (2,57 €). Enfin, le circuit de distribution n’est pas sans effet. Si c’est dans les cafés/bars/brasseries que l’on peut acheter le jambon-beurre le plus cher (3,52 €) c’est aussi là qu’il enregistre la plus forte augmentation de prix (+4 %). Alors que les prix s’écroulent en hyper et super (2,28 €, - 9,1 %).

Articles connexes