Covid-19

Equipement & Services

Food & Drinks

L'actualité en bref

La Tournée des Patrons

Vertueux

Consentement d'utilisation des Cookies

J'accepte Notre site sauvegarde des traceurs textes (cookies) sur votre appareil afin de vous garantir de meilleurs contenus et à des fins de collectes statistiques.Vous pouvez désactiver l'usage des cookies en changeant les paramètres de votre navigateur. En poursuivant votre navigation sur notre site sans changer vos paramètres de navigateur vous nous accordez la permission de conserver des informations sur votre appareil. Politique de cookies

Covid-19

CHR | La proportion de liquidations judiciaires en forte augmentation en 2021

Même si le secteur des CHR a connu 50 % de défaillances en moins qu'au premier trimestre 2020, l'année 2021 débute sur un ton inquiétant : pour huit entreprises sur dix, la défaillance est synonyme de liquidation judiciaire, d'après les chiffres de la société Altares.

« Du jamais vu en 20 ans » : c'est ainsi que la société Altares décrit les résultats de son étude sur les défaillances et liquidations des entreprises au premier trimestre 2021. De manière générale, par rapport à la même période en 2020, huit jugements sur dix sont des liquidations directes, tous secteurs confondus. Ces chiffres concernent principalement les petites entreprises, dont notamment celles du secteur des CHR. 

Un niveau de défaillances toujours exceptionnellement bas...

Le niveau de défaillances des entreprises du CHR reste particulièrement bas au premier trimestre 2021. 701 procédures ont été ouvertes, c’est moitié moins (-51 %) qu’il y a un an. La tendance est portée aussi bien par la restauration traditionnelle (-54 %) que rapide (-50 %). La baisse est également très marquée pour les débits de boissons (-53 %). L’hôtellerie enregistre une baisse de 47 %.

Une baisse qui s'explique notamment par les aides (PGE et autres fonds de solidarité) de l'État, mais par que, explique Thierry Millon, responsable des études d'Altares « les organismes sociaux comme l'Urssaf, qui sont à l'origine de 30 % à 40 % des défaillances, n'assignent plus les entreprises depuis un an ».

... mais la part des liquidations judiciaires augmente fortement

Comme pour les autres secteurs de l'économie, les CHR connaissent une augmentation forte des liquidations judiciaires. Un phénomène symptomatique de la détresse des petits patrons, rapporte Thierry Millon, cité par Les Échos« Le fait que huit entreprises sur dix soient directement liquidées marque l'épuisement des petits patrons. Il prouve que ceux qui font aujourd'hui leur déclaration de cessation de paiements n'en peuvent plus et ne cherchent même plus à obtenir un plan de continuation d'activité. »

À lire aussi : Entrepreneurs : comment lutter contre le syndrome d'épuisement

Un phénomène corroboré par l'étude de l’observatoire Amarok, spécialisé dans la santé physique et mentale des travailleurs non-salariés, sur l’état de santé des chefs d’entreprise. En ressort le constat d’un niveau d’épuisement professionnel élevé, lié à l’inactivité ou à l’empêchement.

La reprise impressionnante des procédures fin mars inquiète les analystes

« Le mois de mars pourrait [...] constituer un point de bascule, explique Thierry Millon. D’abord sur le changement de rythme des ouvertures de procédures, attendu mais impressionnant. Sur les deux premières semaines de mars, les défaillances d’entreprises sont en très fort recul (-48 %), mais sur les deux suivantes elles explosent de 155 % comparées à la même période de 2020, qui marquait le début du confinement, le gel des cessations de paiement, la fermeture des juridictions et donc la suspension temporaire des audiences. »

D'après Altares, la grande vague de défaillances, prévue depuis longtemps déjà, pourrait arriver très bientôt. Le directeur des études de la société prédit un cap particulièrement complexe à passer pour les entreprises lorsque les aides de l'État, destinées à aider pendant la crise, viendront à s'alléger, voire à cesser : « La question se pose notamment pour les entreprises ayant bénéficié d’un PGE : la Banque de France estimait en début d’année que 4,5 à 6 % des PGE auraient du mal à être remboursés. »

Parmi les dangers potentiels qui apparaîtront au moment de la reprise, Altares met en garde contre « l'effet domino » généré par le risque très élevé de défaut des clients : « L’impayé client ou la faillite du client sont des situations dont beaucoup d’entreprises ne se remettront pas après le Covid. Les entreprises qui ressortiront de cette crise dans les meilleures conditions sont celles qui, au-delà de leur propre situation financière, pourront compter sur des fournisseurs et des clients fiables et solides. »

Notes : retrouvez l'étude complète d'Altares à ce lien. 

Articles connexes

Le Magazine

Agenda

Du 17 au 20 mai 2021

Hostelco - Barcelone

En savoir plus
Du 18 au 21 mai 2021

ProWine Asie - Hong Kong

En savoir plus
29 mai au 2 juin 2021

Sirha - Lyon

En savoir plus
Les 14, 15 et 16 juin 2021

Vinexpo - Paris

En savoir plus
Les 14, 15 et 16 juin 2021

WINE - Paris

En savoir plus
Du 17 au 21 juin 2021

Bordeaux fête le vin

En savoir plus
Les 5 et 6 septembre 2021

Paris coffee show

En savoir plus
Du 26 au 27 septembre 2021

Salon Gourmet Selection

En savoir plus
Septembre 2021

Sirha

En savoir plus
Du 17 au 20 octobre 2021

Serbotel, Nantes

En savoir plus
Les 21, 22 et 23 novembre 2021

EXP'HÔTEL - Bordeaux

En savoir plus
2021

Printemps des Liqueurs

En savoir plus
2021

Air Provence - Var

En savoir plus
2021

M.A.D.E - Paris

En savoir plus
Du 15 au 19 octobre 2022

SIAL Paris

En savoir plus
2022

Les Brasseurs de France au Salon de l'Agriculture - Paris

En savoir plus
2022

Equip'hotel - Paris

En savoir plus
Reporté en 2022

Salon International de l'Agriculture - Paris

En savoir plus