Covid-19

Equipement & Services

Food & Drinks

L'actualité en bref

La Tournée des Patrons

Vertueux

Consentement d'utilisation des Cookies

J'accepte Notre site sauvegarde des traceurs textes (cookies) sur votre appareil afin de vous garantir de meilleurs contenus et à des fins de collectes statistiques.Vous pouvez désactiver l'usage des cookies en changeant les paramètres de votre navigateur. En poursuivant votre navigation sur notre site sans changer vos paramètres de navigateur vous nous accordez la permission de conserver des informations sur votre appareil. Politique de cookies

Foodtech

La bière passe à table avec Kronenbourg SAS

Le brasseur Kronenbourg SAS propose depuis la mi-mai 2022 une solution digitale d’accords mets et bières destinée aux restaurateurs. L’objectif est d’aider ces derniers à augmenter leur ticket moyen mais également d’améliorer l’expérience client en conseillant une boisson qui convient parfaitement au plat choisi.

Kronenbourg SAS propose aux restaurateurs, depuis la mi-mai 2022, un dispositif digital d’accords mets et bières personnalisé. « Il s’agit d’un QR Code qui redirige vers une web app, disponible sans téléchargement. On nous demande dans quel établissement nous nous trouvons et ce que nous souhaitons manger, ensuite les bières qui se marient le mieux avec notre plat nous sont proposées », explique Alizée Méheut, en charge de l’activité ventes sur le circuit restauration chez Kronenbourg SAS. « Les bières recommandées sont celles référencées dans l’établissement en question », précise-t-elle. Le QR code peut être disponible pour le client du restaurant sous la forme d’une pastille collée sur la table, d’un chevalet ou encore d’un insert dans le menu. Stéphane Crétin, associé de la brasserie Les Deux Théâtres (Paris 4e), se félicite qu’un « brasseur agisse, propose quelque chose », et apprécie le fait que « Kronenbourg fournit les kits » en question.

Pour chaque plat, deux bières proposées

Pour chaque plat choisi par le client, deux bières lui sont proposées, avec la possibilité d’obtenir davantage d’informations, notamment sur le profil organoleptique. Le client passe ensuite sa commande, de manière traditionnelle, à un serveur. « Nous avons de bons retours, les gens sont assez sensibles à cet outil », explique le restaurateur, même s’il note que la solution digitale s’adresse « davantage à une jeune clientèle », à l’aise avec les nouvelles technologies. D’ailleurs, « parfois, les gens confondent le QR code pour les accords mets et bières avec celui du menu », s’attendant ainsi à retrouver la carte de l’établissement, relève Stéphane Crétin, un brin amusé, alors que ses menus sont exclusivement disponibles au format papier. L’outil mis en place par Kronenbourg SAS propose naturellement des bières de son portefeuille, au premier rang desquelles la marque Grimbergen qui « incarne le programme », disposant d’une large gamme de boissons (blonde, blanche, rouge pale ale et ambrée) pour « couvrir la majorité des accords ».

Stéphane Crétin, associé de la brasserie Les Deux Théâtres (Paris 4e)

Stéphane Crétin, associé de la brasserie Les Deux Théâtres (Paris 4e)

Aider à augmenter le ticket moyen

« Dans l’idée d’améliorer l’expérience du consommateur, nous nous rendons compte que la restauration constitue la première intention pour aller dans les CHR, explique Alizée Méheut pour justifier le lancement de cette solution développée par la startup Matcha, spécialisée dans l’aide à la vente de boissons alcoolisées. Le consommateur ne va pas forcément prendre une boisson. Notre rôle est aussi d’aider le restaurateur à faire en sorte que le client améliore l’expérience avec une boisson, en plus de son plat. » L’opération vise ainsi à aider le restaurateur à augmenter son ticket moyen, en poussant le client à commander non pas une carafe d’eau, mais en l’occurrence une bière. Pour constater une telle évolution, il va néanmoins falloir encore patienter. « Pour l’instant, je n’ai pas remarqué d’augmentation », admet Stéphane Crétin.
« Nous avons tous besoin d’être formés. C’est ce que propose l’outil : éduquer et en même temps orienter vers la bonne bière », note Alizée Méheut, qui précise que la solution est gratuite, aussi bien pour les clients que pour les restaurateurs. Une problématique que connaît Stéphane Crétin, qui possède au sein de sa brasserie située près de l’hôtel de ville de Paris une clientèle composée tout autant d’habitués que de touristes. « Avec les touristes, ce n’est pas dur de leur faire boire de la bière en mangeant », à l’inverse de la clientèle française. Un outil ambitieux donc pour introduire la bière à table.

Articles connexes