Comptoirs // « Inclusion » : le restaurant accessible à tous

Food & Drinks

L'actualité en bref

La Sélection Drinks

La Sélection Equipement & Services

La Tournée des Patrons

Profession

Consentement d'utilisation des Cookies

J'accepte Notre site sauvegarde des traceurs textes (cookies) sur votre appareil afin de vous garantir de meilleurs contenus et à des fins de collectes statistiques.Vous pouvez désactiver l'usage des cookies en changeant les paramètres de votre navigateur. En poursuivant votre navigation sur notre site sans changer vos paramètres de navigateur vous nous accordez la permission de conserver des informations sur votre appareil. Politique de cookies

L'actualité en bref

Projet | « Inclusion » : le restaurant accessible à tous

Montrer les côtés positifs du handicap grâce à la création d’un restaurant inclusif, tel est l’objectif de François Marien. Ce Belge trentenaire compte installer à Lille le tout premier restaurant en France adapté à tous.

Début août, François Marien avait posté un extrait vidéo sur Twitter de son passage à la télévision dans la version belge d’Un dîner presque parfait, en le légendant de ces mots : « Oui ! J’ai l’ambition d’ouvrir mon propre restaurant à Lille et celui-ci sera 100 % accessible à tous les types de handicap ! » Mais en partageant ces 124 caractères, François était loin d’imaginer la suite des événements.

« Twitter, c’était la première étape de mon projet, je voulais surtout tâter le terrain et alerter les jeunes du problème de l’inclusion. Honnêtement, je m’attendais à 200 vues, pas plus, j’ai été dépassé par l’ampleur de l’événement », nous a confié le trentenaire. En quelques jours, la vidéo a cumulé plus de 200 000 vues, confortant François dans l’idée qu’il existe une réelle demande quant à l’inclusion des personnes handicapées dans les lieux publics, et notamment dans les restaurants. François Marien rêve de créer un restaurant dans lequel il n’y aurait aucune discrimination. « On aura des cartes en braille pour les malvoyants, les employés seront formés à la langue des signes et nous créerons des endroits calmes et moins lumineux pour les personnes atteintes d’autisme.

Mais pour que son restaurant passe de projet à réalité, François a besoin de financement. Grâce au « buzz » engendré par sa vidéo, il a réussi à décrocher des rendez-vous avec des financiers et il envisage de lancer éventuellement une campagne de crowdfunding. Il compte également porter son projet devant Emmanuel Macron et demander de l’aide aux institutions européennes.

Un combat de longue haleine

En 2010, alors qu’il a obtenu un master I en marketing manager et un master II en sciences politiques, François est victime pour la première fois de discrimination à l’embauche, où il a pu trouver un accord à l'amiable. Après cette affaire, François s’est dit qu’il a eu de la chance de pouvoir combattre ceux qui l’ont discriminé et que d’autres n’avaient sûrement pas les moyens ou les connaissances pour en faire de même. Il décide d’utiliser l'intégralité de l’indemnisation qu’il a reçue pour créer l’association « Pas de bras, pas de chocolat », qui veut lutter contre les discriminations subies par les personnes porteuses de handicap.

Crédits photo : Laure Dany

Pour faire parler de l’association et faire connaître les problèmes rencontrés par ces personnes, François Marien n’hésite pas à utiliser la provocation à bon escient. En 2012, il évoque le problème de la sexualité des individus porteurs d’un lourd handicap physique ou mental qui ne peuvent avoir de relations sexuelles. Le 14 février, François et d’autres membres de l’association s’invitent en face du Parlement Fédéral belge vêtus de tee-shirts scandant “On a tous le droit de prendre notre pied.” Cet événement a attiré les médias et deux députés ont déposé une proposition de résolution dans leur parlement respectif afin d’ouvrir le débat sur le problème de la vie affective et sexuelle des handicapés. C’est l’une des premières victoires de François Marien dans sa lutte pour l’inclusion.

Avec son restaurant, le Belge souhaite sensibiliser les jeunes aux questions de l’inclusion. Après plusieurs conférences dans différentes universités de France, François Marien a décidé d’implanter son établissement à Lille, car il y a trouvé une oreille attentive. « En une heure, j’ai eu l’impression que les étudiants avaient un nouveau regard sur le handicap, mais surtout l’envie de participer au changement. » Cette approche de la jeunesse est importante pour le futur patron de restaurant qui envisage d’embaucher des étudiants et de leur proposer des tarifs avantageux pour qu’ils puissent goûter à sa cuisine. « Je veux un restaurant lambda, avec un chef, une carte, un esprit. La seule différence, c’est que je souhaite qu’il soit accessible à tous. » François Marien compte sur une ouverture début 2019 de son restaurant qu’il a baptisé « Inclusion », et espère que ce projet s’exportera dans tout l’Hexagone, voire franchira les frontières.

Pour soutenir le projet de François Marien, contactez-le sur francois.marien@disagoconsulting.com

Articles connexes