Covid-19

Equipement & Services

Food & Drinks

L'actualité en bref

La Tournée des Patrons

Vertueux

Consentement d'utilisation des Cookies

J'accepte Notre site sauvegarde des traceurs textes (cookies) sur votre appareil afin de vous garantir de meilleurs contenus et à des fins de collectes statistiques.Vous pouvez désactiver l'usage des cookies en changeant les paramètres de votre navigateur. En poursuivant votre navigation sur notre site sans changer vos paramètres de navigateur vous nous accordez la permission de conserver des informations sur votre appareil. Politique de cookies

Covid-19

Réouverture | Guide de bonne conduite sanitaire

En amont de la réouverture des CHR et sous la direction de Sébastien Bazin, le GNI conjointement aux organisations professionnelles du secteur, a établi un guide des bonnes pratiques sanitaires en vu d’une prochaine réouverture.

Le guide de bonnes pratiques sanitaires élaboré par le GNI, à destination des employeurs, salariés et clients du secteur, s’établit sur 3 grands principes : informer, former, prévenir. Il pourra être sujet à des modifications selon les annonces gouvernementales. Celles-ci, attendues ce jeudi du Premier ministre, permettront de connaître précisément le protocole à mettre en place. 


L’organisation interne

Tout d’abord, un référent « protocole sanitaire » doit être désigné afin de s’assurer du respect des bonnes pratiques. La direction de l’établissement doit fournir les moyens nécessaires à la bonne mise en oeuvre : moyens matériels (masques, gants, gel hydroalcoolique), moyens humains (aménagement des plannings, du temps de travail et de la masse salariale) et moyens budgétaires (selon l’estimation faite). Le port du masque est obligatoire pour les équipes. Les serveurs doivent soit se laver les mains avec du gel hydroalcoolique toutes les heures, soit porter des gants (en se lavant les mains à cette fréquence également), et les cuisiniers sont invités à se laver toutes les 30 minutes ou porter des gants, et se munir d’une charlotte (ou filet). Au comptoir, les barmen doivent être équipés d’un écran visière. La direction se doit aussi de faire un point quotidien sur la situation de l’entreprise face à l’épidémie, avec ses équipes ou référent, pour adapter au besoin les mesures prises et informer les équipes sur de nouvelles consignes éventuelles. En cas de non respect de toutes ces mesures, le référent doit rappeler à l’ordre les personnes concernées. Toutes ces mesures peuvent être vérifiées par une attestation et doivent être clairement affichées dans toutes les zones des établissements.


L’accueil des clients et la gestion des flux

Concernant la distanciation sociale, il est du devoir de chaque établissement de l’appliquer selon la configuration des lieux. Il est conseillé de déposer un marquage au sol afin d’éviter les croisements et pour inciter au respect de la part de tous (en salle comme en cuisine). Au minimum un mètre est à prévoir entre chaque table, chacune pouvant accueillir au maximum 10 convives. Pour les clients, du gel hydro alcoolique doit être placé à l’entrée de l’établissement, en stipulant l’interdiction d’entrer sans son utilisation et sans port de masque. Un seul serveur est assigné par table. En plus d’une limitation du nombre de personnes par zones, des barrières physiques peuvent être installées, notamment sur les lieux d’accueil. Les menus peuvent être proposés sur ardoise, à l’oral, en QR Code ou en papier, s’ils ne sont utilisés qu’une seule fois ou si le client se désinfecte les mains avec du gel hydro alcoolique avant et après. Le paiement sera lui aussi effectué sans contact. Concernant les flux à l’intérieur de l'établissement, tous les produits (hors frais) entrants sont à nettoyer dans une zone prévue à cet effet et les produits sortants ne doivent pas y être stockés. Le nettoyage du linge et des tenues doit être a minima effectué à la température indiquée par le gouvernement : 60 °C pendant 30 minutes, et les fréquences de nettoyage sont elles-aussi augmentées à chaque fin de service de table.


En cas de contamination

Les symptômes du virus et démarches à suivre en cas de contamination sont présentés aux équipes. Si un salarié est suspecté d'être contaminé, il sera orienté vers le médecin du travail ou son médecin traitant. Si les symptômes se présentent sur le lieu de travail, le salarié doit être isolé et toutes les zones suspectes doivent être désinfectées. Le manager doit également évaluer le risque de contamination potentiel des autres collaborateurs. Un traçage de ces personnes durant les deux semaines qui précèdent les symptômes est à réaliser puis à communiquer à l’Agence Régionale de la Santé. Pour limiter les risques, la prise de température quotidienne de tous les travailleurs est encouragée.

 


https://www.gni-hcr.fr/


Photo de Une©kelly Sikkema sur unsplash

Articles connexes