Food & Drinks

L'actualité en bref

La Tournée des Patrons

Sélection Equipement & Services

Consentement d'utilisation des Cookies

J'accepte Notre site sauvegarde des traceurs textes (cookies) sur votre appareil afin de vous garantir de meilleurs contenus et à des fins de collectes statistiques.Vous pouvez désactiver l'usage des cookies en changeant les paramètres de votre navigateur. En poursuivant votre navigation sur notre site sans changer vos paramètres de navigateur vous nous accordez la permission de conserver des informations sur votre appareil.

Histoire de

Champagne | Frerejean Frères, une fratrie en Champagne

C'est avec ses frères, en 2005, que Rodolphe Frerejean-Taittinger a décidé de lancer sa propre maison de champagne. Si la famille est bien liée à celle des Taittinger, la maison Frerejean Frères évolue toutefois de façon indépendante.

« Nous avons amorcé en 2005 une production à taille humaine dans le but premier de se faire plaisir, pour la famille et les amis », commence Rodolphe Frerejean-Taittinger. Pour élaborer leur champagne, les trois frères se réjouissent d'avoir « la chance » de pouvoir se focaliser sur « les plus belles parcelles » en premier cru et grand cru autour d'Avize qui, mises bout à bout, leur confèrent 4,5 hectares de vigne. Fief des frères Frerejean, ce village est niché au cœur des vignes de la côte des blancs, une région où le sol crayeux offre notamment un chardonnay d'exception.

La rencontre avec Didier Pierson, quatrième d'une génération de vignerons implantés à Avize et désormais chef de cave Frerejean Frères, a été déterminante. Son association avec la fratrie a donné naissance à une vision singulière : créer une maison de champagne dont les vins offrent maturité et élégance. La plupart des champagnes classés en premier cru ont deux à trois ans de cave et leur acidité est compensée par le sucre. « Nous, nous avons choisi une approche opposée », résume Rodolphe, qui revendique un vieillissement compris entre cinq ans et douze ans, en fonction des millésimes. Le champagne de cette jeune maison ne fait appel qu'à deux cépages : le pinot noir et le chardonnay. Rodolphe exclut l'utilisation de pinot meunier, lui reprochant de ne parvenir qu'à « arrondir les angles » au moment de la vinification. « Nous faisons ainsi partie des rares maisons de champagne à n'avoir opté que pour ces deux cépages », se félicite-t-il. La maison Frerejean Frères produit aujourd'hui 120 000 cols par an et propose six cuvées : le brut premier cru, 50 % chardonnay et 50 % pinot noir (la cuvée d'entrée de gamme, 70 000 bouteilles), le blanc de blancs non millésimé, la VV 26 (grand cru blanc de blancs), l'extra brut premier cru millésimé 2006 (50 % chardonnay, 50 % pinot noir), la cuvée rosé millésimée (60 % chardonnay, 40 % pinot noir), ainsi que la cuvée des Hussards millésimée 2008 et 2012 (100 % chardonnay et 50 % pinot noir). Aujourd'hui, tout semble réussir aux champagnes Frerejean Frères. En CHR, les flacons de la jeune maison séduisent de plus en plus de restaurateurs. Citons le restaurant George Blanc à Vonnas, Guy Savoy à Paris, le Cap-Éden-Roc à Antibes ou encore Le Bar des Prés (Cyril Lignac), là aussi à Paris.



Une partie de la cuvée des Hussards 2008 a été immergée pendant un an au large d'Ouessant. 


Articles connexes