Covid-19

Equipement & Services

Food & Drinks

L'actualité en bref

La Tournée des Patrons

Vertueux

Consentement d'utilisation des Cookies

J'accepte Notre site sauvegarde des traceurs textes (cookies) sur votre appareil afin de vous garantir de meilleurs contenus et à des fins de collectes statistiques.Vous pouvez désactiver l'usage des cookies en changeant les paramètres de votre navigateur. En poursuivant votre navigation sur notre site sans changer vos paramètres de navigateur vous nous accordez la permission de conserver des informations sur votre appareil. Politique de cookies

Covid-19

Mesures sanitaires | Faut-il s'attendre à un reconfinement, et quel impact sur la restauration en Île-de-France ?

Depuis plusieurs jours, les déclarations contradictoires s'enchaînent, au sein même du gouvernement. Si un confinement en Île-de-France le week-end semblerait logique à en croire les sorties du Premier ministre, il n'est pas encore certain. Quel serait l'impact sur la restauration ?

Mardi 16 mars, Jean Castex l'affirmait haut et fort : le confinement de l'Île-de-France était « sur la table »« Le moment est venu pour envisager des dispositions », a-t-il poursuivi dans une allocution télévisée. La faute à un emballement de l'épidémie dans la région qui représente désormais près d'un tiers des nouveaux cas quotidiens. 

Pourtant, à l'issue du conseil des ministres qui devait statuer sur le sort réservé à Paris et sa couronne, le président Emmanuel Macron a relancé les spéculations, assurant vouloir trouver un « système hybride », avec « plus de télétravail la semaine, moins de brassage en intérieur, mais de l'oxygénation le week-end ». 

Quelles conséquences d'un reconfinement sur la restauration ?

L'hypothèse du confinement est donc fragilisée, mais elle reste malgré tout présente. Pas de quoi s'alarmer, cependant, assure Pierre Nouchi, président de l'Umih 62 (Pas-de-Calais). « Vous savez, dans le Nord, on est des gens assez obéissants, s'amuse-t-il. Tous nos adhérents ont accepté le reconfinement le week-end, et se sont adaptés ». Pierre Nouchi n'a pas noté de grande différence de consommation le week-end depuis l'instauration du confinement partiel, pour deux raisons. 

« Tout d'abord, les gens utilisent leur sortie quotidienne pour venir prendre chez nous en VAE, rapporte-t-il. Ils considèrent cela comme essentiel et la journée du dimanche notamment n'a pas souffert du reconfinement ». Ensuite, le confinement n'impacte que peu la restauration car, finalement c'est bien le couvre-feu à 18 heures qui met des bâtons dans les roues de la profession. « Le samedi et le dimanche, le confinement n'empêche pas le couvre-feu. Ce qui signifie que nous continuons à fermer les soirs de week-end à 18 heures. C'est ça qui nous plombe le plus ». 

Le résignement des restaurateurs parisiens

« Cela fait un an que nous sommes dans le flou total. Nous avons l’impression que c’est un gouvernement à deux têtes et qu’ils se chamaillent tous les quatre matins par rapport aux décisions qu’ils souhaitent prendre. Il y a d’un côté la branche médicale et de l'autre la branche économique. Ils se renvoient constamment la balle », souffle le jeune chef de Dupin, Nathan Helo. Depuis mars 2020, son quotidien et celui de son équipe est donc ponctué par les décisions gouvernementales. Ces mesures répétées ont fini par les résigner, eux qui ont changé sept à huit fois de concept depuis le début de l’épidémie et qui souhaitent seulement avoir un échéancier clair. « Nous subissons la vie et le virus depuis un an. J’espère, que si confinement il y a, nous ne le ferons pas pour rien. Je souhaite que cette mesure soit bénéfique car nous avons l’impression que nous avançons de deux pas pour reculer de trois pas à chaque fois », note Nathan Helo.

À lire aussi : Un plan de réouverture concret des cafés, restaurants, bars

L’éventuel confinement ne va pas drastiquement bouleverser les habitudes des restaurateurs parisiens. Le chef de Dupin va seulement renforcer sa communication sur son offre de livraison et peut-être « ressortir les vélos pour livrer quelques clients autour du restaurant ». Le gérant de l’Arsenal, Jean-Paul Azémar, a quant à lui complètement fermé son établissement et il ne sent pas très concerné. « Cela ne va strictement rien changer à mon activité. Mais je reste tout de même favorable à un confinement total et strict de l’Île-de-France pour juguler au mieux l’épidémie. Ce type de mesure a montré son efficacité en mars 2020 », juge Jean-Paul Azémar.

Jean Castex et Olivier Véran s'expriment ce jeudi 18 mars à 19 heures. Les restaurateurs en seront peut-être alors plus sur ce qui les attend, selon si l'exécutif décide de se montrer clair dans ses prises de décision. 

Articles connexes

Le Magazine

Agenda

Du 18 au 21 avril 2021

Vinitaly, Enolitech, Sol & Agrifood - Veronne

En savoir plus
Du 18 au 21 avril 2021

Sol&Agrifood

En savoir plus
Les 23, 24 et 25 avril 2021

Grand week-end des Crozes-Hermitage - Mercurol

En savoir plus
Du 17 au 20 mai 2021

Hostelco - Barcelone

En savoir plus
Du 18 au 21 mai 2021

ProWine Asie - Hong Kong

En savoir plus
29 mai au 2 juin 2021

Sirha - Lyon

En savoir plus
Les 14, 15 et 16 juin 2021

Vinexpo - Paris

En savoir plus
Les 14, 15 et 16 juin 2021

WINE - Paris

En savoir plus
Du 17 au 21 juin 2021

Bordeaux fête le vin

En savoir plus
Les 5 et 6 septembre 2021

Paris coffee show

En savoir plus
Du 26 au 27 septembre 2021

Salon Gourmet Selection

En savoir plus
Septembre 2021

Sirha

En savoir plus
Du 17 au 20 octobre 2021

Serbotel, Nantes

En savoir plus
Les 21, 22 et 23 novembre 2021

EXP'HÔTEL - Bordeaux

En savoir plus
2021

Printemps des Liqueurs

En savoir plus
2021

Air Provence - Var

En savoir plus
2021

M.A.D.E - Paris

En savoir plus
Du 15 au 19 octobre 2022

SIAL Paris

En savoir plus
2022

Les Brasseurs de France au Salon de l'Agriculture - Paris

En savoir plus
2022

Equip'hotel - Paris

En savoir plus
Reporté en 2022

Salon International de l'Agriculture - Paris

En savoir plus