Food & Drinks

L'actualité en bref

La Tournée des Patrons

Sélection Equipement & Services

Consentement d'utilisation des Cookies

J'accepte Notre site sauvegarde des traceurs textes (cookies) sur votre appareil afin de vous garantir de meilleurs contenus et à des fins de collectes statistiques.Vous pouvez désactiver l'usage des cookies en changeant les paramètres de votre navigateur. En poursuivant votre navigation sur notre site sans changer vos paramètres de navigateur vous nous accordez la permission de conserver des informations sur votre appareil. Politique de cookies

Cul Sec

Portrait | Fabrice Sommier, sommelier et directeur général du groupe Georges Blanc

Votre café-restaurant fétiche ?

Le Petit Riche, rue Le Peletier, à Paris. J'y étais directeur, c'est une ambassade des vins de Loire et c'est pour cela que j'aime cet endroit, qui me rappelle ma jeunesse et qui est très convivial.

Une boisson et un lieu ?

Chez mon grand-père, quand j'ai bu mon premier verre de vin.

Votre expérience culinaire la plus marquante ?

Chez Joël Robuchon, quand il venait d'ouvrir son restaurant avenue Poincaré (Paris 16e). Un repas d'anthologie, un nirvana gastronomique. J'ai dégusté un homard servi dans un chou de Bruxelles accompagné d'un hermitage rouge.

Votre péché mignon le plus inavouable ?

Un joli verre de porto accompagné d'un cigare.

Ce qui vous porte sur les nerfs dans la profession ?

Le fait que les sommeliers oublient souvent que nous sommes simplement une courroie de transmission et au service des clients et des vignerons.

Votre dieu du CHR ?

J'ai beaucoup d'affection pour mon patron, Georges Blanc !

La dernière fois que vous vous êtes laissé emporter par l'ivresse ?

C'était de l'ivresse et de l'interdit : c'était à New York, j'ai fumé un cigare cubain avec un excellent vin moelleux de la Napa Valley.

Fabrice Sommier.

Fabrice Sommier.