Covid-19

Equipement & Services

Food & Drinks

L'actualité en bref

La Tournée des Patrons

Vertueux

Consentement d'utilisation des Cookies

J'accepte Notre site sauvegarde des traceurs textes (cookies) sur votre appareil afin de vous garantir de meilleurs contenus et à des fins de collectes statistiques.Vous pouvez désactiver l'usage des cookies en changeant les paramètres de votre navigateur. En poursuivant votre navigation sur notre site sans changer vos paramètres de navigateur vous nous accordez la permission de conserver des informations sur votre appareil. Politique de cookies

Covid-19

Dérogation exceptionnelle | Des restaurants autorisés à rouvrir

Depuis début février, les préfectures de différents départements français autorisent certains restaurateurs à servir en salle des salariés du BTP. Cette possibilité permet aux employés de manger le midi au chaud.

Comme les routiers, les salariés du BTP et du paysage peuvent désormais manger dans de bonnes conditions. Les restaurants ont en effet l’autorisation exceptionnelle de les accueillir le midi pour qu’ils puissent profiter d’un repas au chaud. Le décret est paru le 29 janvier dernier. 

La dérogation a déjà été actée dans plusieurs départements : en Haute-Vienne, dans le Loiret, dans le Bas-Rhin ou encore en Loire-Atlantique. Elle est décidée par les préfets, au bon vouloir de ces derniers. D’autres départements, comme la Moselle notamment, espèrent autoriser les restaurants à accueillir ce public spécifique rapidement. Tous les restaurateurs peuvent se déclarer candidat à l’accueil des salariés du BTP. Environ 1 000 établissements en France sont concernés. Chaque préfecture a mis en place ses propres règles. Par exemple, pour les professionnels alsaciens, il leur suffit de se rendre sur le site de la CCI afin de s’inscrire au dispositif. Une convention devra ensuite être signée avec l’entreprise de BTP dont ils souhaitent recevoir les salariés. L’établissement devra servir un repas unique (entre 11h30 et 14h30) et assurer le respect strict des gestes barrières décrits par la CCI : une jauge maximale d’une personne pour 8 m2, la limitation à 4 convives par table sans que les personnes ne puissent s’asseoir face à face, des plans de circulation afin d’éviter que les convives ne se croisent.

La ministre déléguée auprès du ministre de l'Economie - Agnès Pannier-Runacher - l’a confirmé, cette ouverture exceptionnelle n’a aucune incidence sur le dispositif gouvernemental accordé au secteur de la restauration (activité partielle prise en charge à 100 %, exonération des charges sociales et accès au fonds de solidarité). Les revenus générés par cette activité ne seront donc pas pris en compte dans le calcul des aides. 

Articles connexes