Covid-19

Equipement & Services

Food & Drinks

L'actualité en bref

La Tournée des Patrons

Vertueux

Consentement d'utilisation des Cookies

J'accepte Notre site sauvegarde des traceurs textes (cookies) sur votre appareil afin de vous garantir de meilleurs contenus et à des fins de collectes statistiques.Vous pouvez désactiver l'usage des cookies en changeant les paramètres de votre navigateur. En poursuivant votre navigation sur notre site sans changer vos paramètres de navigateur vous nous accordez la permission de conserver des informations sur votre appareil. Politique de cookies

Profession

Cafés-hôtels-restaurants | «Des minima de branche inférieurs au Smic, ça n’est pas normal»

Dans une interview donnée à Radio J, Élisabeth Borne est revenue sur la problématique des bas salaires dans l'hôtellerie-restauration. La ministre du Travail a appelé à les revaloriser et attend des organisations professionnelles un calendrier de travail au plus vite.

Sur radio J, la ministre du Travail Élisabeth Borne a été interrogée sur les tensions salariales dans les secteurs de l’hôtellerie, des cafés et de la restauration ce dimanche 19 septembre. Deux jours après une réunion au sommet avec l'ensemble des syndicats, la ministre est revenue à la charge  : « Des minima de branche inférieurs au Smic, ça n’est pas normal », a-t-elle dénoncé, assurant que cela engendrait « un très mauvais signal […] en termes d’attractivité ».

Aller plus loin : Les minima de branche peuvent-ils être inférieurs au Smic ?

Le 8 septembre, Jean Castex appelait déjà à « travailler sur les salaires, notamment sur ce qu’on appelle les minima de branche, a fortiori lorsque ceux-ci sont inférieurs au Smic ». La ministre du Travail suit la même logique, et que « toutes les branches concernées », dont l'hôtellerie-restauration, soient réunies « d’ici au mois de novembre ».

Dans notre série sur les salaires dans les CHR, à lire aussi : 

Articles connexes