Covid-19

Equipement & Services

Food & Drinks

L'actualité en bref

La Tournée des Patrons

Vertueux

Consentement d'utilisation des Cookies

J'accepte Notre site sauvegarde des traceurs textes (cookies) sur votre appareil afin de vous garantir de meilleurs contenus et à des fins de collectes statistiques.Vous pouvez désactiver l'usage des cookies en changeant les paramètres de votre navigateur. En poursuivant votre navigation sur notre site sans changer vos paramètres de navigateur vous nous accordez la permission de conserver des informations sur votre appareil. Politique de cookies

Cul Sec

Portrait | Delphine Robert

Pour La Revue des Comptoirs, Delphine Robert, cheffe chez Lenôtre Paris, répond à notre interview Cul Sec.

Votre café ou restaurant préféré ?

La Régalade Saint-Honoré à Paris, dans le 1er arrondissement, c'est un bistrot que j'adore, car il est à la fois innovant et traditionnel.

Une boisson et un lieu ?

Je dirais une bière, plutôt blonde et légère, dans une brasserie artisanale et traditionnelle, en Europe de l'Est. J'aime les bières qui viennent de ces pays.

Votre dieu du CHR ?

Mon chef chez Lenôtre, Fabrice Brunet, qui est Meilleur ouvrier de France, pour son savoir et son humilité. Il m'apporte beaucoup au quotidien.

Ce qui vous porte sur les nerfs dans la profession ?

Les comportements ancestraux, notamment vis-à-vis des femmes, dans certains établissements. Je pense aussi que trop de clichés persistent dans la cuisine.

Votre péché mignon ?

Les œufs. Ils peuvent être au plat ou à la coque. C'est la base de tout.

Votre dernière ivresse ?

Juste avant le Championnat du monde de tapas auquel j'ai participé, à Valladolid en Espagne. On a mangé des tapas et bu un excellent rosé typique, dans une cave datant du XVIIe siècle. Un super moment de convivialité !

Articles connexes