Coronavirus

Equipement & Services

Food & Drinks

L'actualité en bref

La Tournée des Patrons

Vertueux

Consentement d'utilisation des Cookies

J'accepte Notre site sauvegarde des traceurs textes (cookies) sur votre appareil afin de vous garantir de meilleurs contenus et à des fins de collectes statistiques.Vous pouvez désactiver l'usage des cookies en changeant les paramètres de votre navigateur. En poursuivant votre navigation sur notre site sans changer vos paramètres de navigateur vous nous accordez la permission de conserver des informations sur votre appareil.

Coronavirus

Vos témoignages | « Dans cette situation, il faut être solidaire de tous », Michel Gineston à Rungis

Michel Gineston dirige le restaurant Le veau qui tète, à Rungis. Comment a-t-il appréhendé la fermeture imposée par la crise sanitaire ? Quelle organisation a-t-il dû improviser ? Il témoigne.

Le cas particulier d'un restaurant du Min de Rungis

« Notre restaurant, Le veau qui tète, évolue dans un milieu particulier, celui du marché de Rungis. Malgré le corinavirus, les entreprises sont contraintes de fonctionner pour assurer l’alimentation des Français. Comme j’en ai le droit, j’ai mis en place un service de vente à emporter dès minuit. Nous distribuons des boissons (90 % de boissons chaudes, des viennoiseries et des sandwichs). Notre clientèle est constituée essentiellement de clients acheteurs. Nous fermons à 9 heures au lieu de 15 heures habituellement. Pour déjeuner, les personnes qui travaillent à Rungis préfèrent rentrer rapidement chez eux. »


Une équipe réduite 

« Habituellement, notre équipe comprend une dizaine de personnes. Actuellement, nous fonctionnons à quatre personnes, les responsables. Six personnes sont au chômage partiel. Bien sûr, cette activité ne permet pas de rentabiliser, mais nous avons la chance de garder un peu d’activité. En outre, il est de notre devoir de continuer à offrir à nos clients un service minimum. Je ne m’attendais certainement pas à un tel confinement, mais nous n’avons jamais pensé à tout arrêter. Il y aura des jours meilleurs. »


Être solidaire

« C’est un évènement qu’aucun de nous n’a jamais vécu précédemment et j’estime que dans cette situation, il faut être solidaire de tous. Je suis aussi propriétaire d’un bistrot parisien, le Barricou (Paris 3e). Il est totalement fermé, mais en tant que propriétaire, je ferai un effort en faveur du gérant. » 

Michel et Sylvie Gineston, restaurant Le veau qui tête à Rungis. Ⓒ Photo ACDV

Articles connexes

Le Magazine

Agenda

Les 5 et 6 avril

6e édition de Planète Bière

En savoir plus
Les 6 et 7 Avril 2019

Air Provence - Var

En savoir plus
Du 24 au 26 avril

Grand week-end des Crozes-Hermitage

En savoir plus
Du 14 au 17 mai 2020

TASTE Paris

En savoir plus
Du 26 au 28 mai

Vinexpo Hong Kong

En savoir plus
Les 15 et 16 juin

Millésimes Alsace, salon professionnel des Grands vins d’Alsace

En savoir plus
Le 13 et 14 octobre 2020

Food Hotel Tech Nice

En savoir plus
Du 14 au 16 juin

Sirha - green

En savoir plus
Du 5 au 7 septembre 2020

Paris coffee show

En savoir plus
Les 21 et 22 septembre 2020

Natexpo

En savoir plus
Du 18 au 22 octobre 2020

SIAL Paris

En savoir plus
Du 10 au 12 novembre

ProWine Chine

En savoir plus
Du 23 au 27 janvier 2021

Sirha

En savoir plus