Covid-19

Equipement & Services

Food & Drinks

L'actualité en bref

La Tournée des Patrons

Vertueux

Consentement d'utilisation des Cookies

J'accepte Notre site sauvegarde des traceurs textes (cookies) sur votre appareil afin de vous garantir de meilleurs contenus et à des fins de collectes statistiques.Vous pouvez désactiver l'usage des cookies en changeant les paramètres de votre navigateur. En poursuivant votre navigation sur notre site sans changer vos paramètres de navigateur vous nous accordez la permission de conserver des informations sur votre appareil. Politique de cookies

L'actualité en bref

Reportage | 5e édition du championnat du monde des tapas à Valladolid en Espagne

Seize chefs du monde entier se sont affrontés lors de la cinquième édition du Championnat du monde des tapas à Valladolid, en Espagne, le 10 novembre dernier. C’est Delphine Robert, cheffe chez LeNôtre, qui a défendu les couleurs de la France.

« Les tapas font partie du patrimoine espagnol, lance d’emblée Ángel Moretón, directeur technique du concours. Ce qui est intéressant avec ce championnat c’est le mélange des saveurs, chaque participant met une touche de son pays dans sa tapas. » Espagne, Mexique, Canada, Chili, Inde, France, Équateur, Émirats, Panama, Portugal, Irlande, Ukraine, États-Unis, Argentine et Danemark. Au total seize pays étaient représentés pour proposer leur version des tapas lors de la cinquième édition du Championnat du monde des tapas à Valladolid, en Espagne. Pour jouer à armes égales, le coût maximal des ingrédients ne devait pas dépasser 1,50 €. Le jury, co-présidé par les deux chefs espagnols triplement étoilés Elena Arzak (Arzak, San Sebastián) et Jesus Sanchez (Cenador de Amós, Villaverde de Pontones), ont évalué chaque proposition selon ses saveurs, son originalité, la présentation et l’application commerciale de la tapas. « Une bonne tapas doit se manger en une ou deux bouchées, elle doit être composée de produits frais, locaux, elle doit aussi être originale et on doit comprendre l’humeur du chef en la dégustant », commente la cheffe Elena Arzak. Pour elle, la tapas représente la convivialité et le partage. 

Championnat du monde de tapas, Valladolid. Photo: Alice Mariette.

La France représentée 

« La participation de la France est importante, c’est le berceau de la gastronomie, ici c’est le berceau des tapas », note Ángel Moretón.

Championnat du monde de tapas, Valladolid. Photo: Alice Mariette.

Pour sa cinquième participation, la France était représentée cette année par Delphine Robert, cheffe chez Lenôtre. Pour sa tapas, elle a été coachée par le MOF Fabrice Brunet, chef des ateliers de la création chez LeNôtre Paris. Inspirée par la forêt, elle a proposé une tapas composée de cèpes, lichen et feuille de châtaigners, avec une touche de Piment d’Espelette. « Mon chef m’a fait aller plus loin dans mon inspiration de la forêt, pousser le concept, il m’a dit d’aller jusqu’en haut des arbres, c’est pour cette raison que j’ai ajouté les feuilles de châtaigniers », explique-t-elle. Pour sa première participation à un concours, la cheffe a choisi ces ingrédients pour proposer des « goûts francs » et qui « transportent en forêt ». « J’ai hésité à participer, je n’avais pas forcément confiance en moi, mais finalement je suis satisfaite, un concours permet de se challenger et ma participation va me faire avancer », confie-t-elle à l’issue du concours. Chaque cuisinier a été parrainé par un restaurant local, dans lequel leurs tapas sont proposées à la vente pendant toute la durée du festival de la tapas. Celle de Delphine Robert est vendue dans le restaurant Caroba à Valladolid.

Delphine Robert et sa tapas  «Caminata en el bosque »  / Championnat du monde de tapas, Valladolid. Photo: Alice Mariette.

Le Mexique vainqueur de cette édition 

C’est le chef mexicain David Quevedo (Vinedo San Miguel, Comonfort) qui a remporté le championnat avec sa tapas « Chile Ceremonial », un piment farci au lapin, enveloppé dans une tortilla. En deuxième position, l’Espagne pour la tapas « Corchifrito » du chef Emilio Martin (Suite 22, Valladolid), pour lequel il a revisité un plat classique espagnol du cochon de lait, en reproduisant un bouchon de liège. L’Équateur arrive en troisième position avec la tapas « Aya Huma/ cabeza de Diablo » à base de pommes de terre et de maïs, du chef Juan Pablo Holguin (Tapatu, Quito). 

Les tapas gagnantes : « Chile Ceremonial » (Mexique), « Corchifrito » (Espagne), « Aya Huma/ cabeza de Diablo » (Équateur).
Championnat du monde de tapas, Valladolid. Photo: Alice Mariette.

Articles connexes