Covid-19

Equipement & Services

Food & Drinks

L'actualité en bref

La Tournée des Patrons

Vertueux

Consentement d'utilisation des Cookies

J'accepte Notre site sauvegarde des traceurs textes (cookies) sur votre appareil afin de vous garantir de meilleurs contenus et à des fins de collectes statistiques.Vous pouvez désactiver l'usage des cookies en changeant les paramètres de votre navigateur. En poursuivant votre navigation sur notre site sans changer vos paramètres de navigateur vous nous accordez la permission de conserver des informations sur votre appareil. Politique de cookies

Food & Drinks

Eaux minérales | Cap sur la durabilité

Pour améliorer leur empreinte écologique et réduire leur impact sur la planète, les minéraliers modifient leurs emballages, leur transport ou s'investissent dans la préservation de la biodiversité. Des mesures nécessaires pour protéger les différents terroirs des eaux minérales.

Indispensable à toute forme de vie, l'eau, et plus encore l‘eau douce, représente un enjeu de préservation écologique majeur. Le baromètre 2021 de l'eau, réalisé par Kantar Panel pour le Centre d'information sur l'eau, montre que la majorité des fiançais en ont conscience : pour 85 % des sondés, le changement climatique a un impact sur le manque d'eau. Consommateurs historiques d'eau en bouteille. les Français lui préfèrent de plus en plus l'eau du robinet. Alors qu'en 2001, 65 % des Français consommaient de l'eau en bouteille contre seulement 53% de l'eau du robinet. cette tendance s'est inversée en 2006. Elle se poursuit depuis : en 2021, 68% des interrogés déclarent boire l'eau du robinet tous les jours ou presque, contre 48 % pour l'eau en bouteille. En cause, des préoccupations économiques, l'eau du robinet coûtant nettement moins cher -en moyenne 0,3 centime d'euro le litre en France -, mais aussi écologiques puisqu'elle permet d'éviter emballages et transport. Pour autant. l'eau en bouteille reste très appréciée des Français, qui sont avant tout des buveurs mixtes : 73 % d'entre eux boivent indifféremment de l'eau du robinet et de l'eau en bouteille. L'eau minérale naturelle, prisée pour sa contenance en minéraux stables. fait partie intégrante du patrimoine français.

Un terroir aux goûts marqués

En France, on compte so sources d'eau minérale naturelle, réparties sur l'ensemble du territoire. Selon le parcours souterrain qu'elles effectuent. les eaux minérales naturelles peuvent avoir des saveurs très différentes et marquées. « Lors des dégustations d'eaux minérales naturelles, les sommeliers parlent de densité, de structure de persistance de finesse, d'équilibre, de rondeur en bouche et bien sûr de minéralité. Par exemple, le magnésium peut amener une touche d'amertume. le fer ou le manganèse un goût métallique », expliqué Marié-Ange Badin, déléguée générale de la Maison des eaux minérales naturelles (MEMN). Créé en 1886. ce syndicat représente 80 % du marché de l'eau minérale naturelle en France. Il regroupe a la fois de grands groupes possédant plusieurs marques telles que Nestlé Waters, mais aussi de plus petites entreprises ou encore des groupes régionaux comme Ogeu et ses marques Plancoët ou Ogeu Pyrénées. « L'eau minérale naturelle a toute sa place dans la gastronomie : il faut relier les eaux au terroir, car elles reflètent le patrimoine hydrogéologique français et les subtilités liées aux régions, au temps. Elles sont des ambassadrices de la diversité des terroirs, c'est aussi ce qui fait leur excellence et leur renommée », affirme la déléguée générale de la MEMN. Un constat partagé par Alexandre Varo, directeur national CHD pour Nestlé Waters : « Si on prend Vittel, l'eau a traversé pendant des milliers d'années différentes roches et s'est chargée en différents minéraux, ce qui lui donne son identité. C'est pareil pour une Évian, une San Pellegrino ou une Badoit : chaque eau a sa propre richesse et sa propre minéralité, on peut effectivement parler de terroir d'eaux minérales, comme pour les vins. » Cette richesse gustative de l'eau est mise à l'honneur par la marque, qui développe des formations avec des groupes de restaurants. Baptisées « Retour aux sources », elles permettent aux participants de découvrir les différents terroirs et bienfaits de chaque eau. Ces qualités propres sont une identité que les minéraliers cherchent à sauvegarder à tout prix.

Pour comprendre les enjeux autour de l'eau minérale naturelle, il faut s'attarder sur sa spécificité par rapport aux autres types d'eaux. Comme l'eau de source, l'eau minérale naturelle est uniquement d'origine souterraine, ce qui n'est pas le cas de l'eau du robinet ou microfiltrée qui peuvent avoir des provenances variées : souterraine, mais aussi en surface avec des prélèvements dans des lacs, des fleuves ou des rivières. Si eau de source et eau minérale se ressemblent - outre leur provenance souterraine, elles sont toutes deux embouteillées à la source et ne subissent pas de traitement de désinfection avant embouteillage - la différence entre ces deux catégories réside dans leur teneur en minéraux. Celle de l'eau minérale naturelle est stable et garantie, tandis que celle de l'eau de source peut varier. En France, seule l'eau minérale peut posséder des propriétés favorables à la santé par l'Académie de médecine. Selon elle, « les eaux riches en magnésium et surtout en calcium [sont] particulièrement indiquées pour prévenir et traiter l'ostéoporose sans apport de calories, en cas d'intolérance au lactose ou de consommation insuffisante de produits laitiers chez les enfants, les femmes enceintes et les personnes âgées ». Pour Marie-Ange Badin de la MEMN, « l'eau minérale naturelle est un produit à part, très réglementé par le code de la santé publique, protégé de la pollution et qui se caractérise par sa pureté originelle ».

« L'eau minérale naturelle est un produit à part, très réglementé par le code de la santé publique, protégé de la pollution et qui se caractérise par sa pureté originelle. » - Marie-Ange Badin, déléguée générale de la MEMN

En outre, le fait qu'elle doit être embouteillée à la source implique que l'eau minérale naturelle constitue une source d'emplois locaux non délocalisables. D'après une étude du cabinet Deloitte, les minéraliers français sont à l'origine de 7 300 emplois directs sur le territoire, auxquels on peut ajouter 26 700 emplois indirects et induits. En moyenne, ces postes représentent 32 % de l'emploi total sur leurs communes d'implantation, qui sont majoritairement rurales ou montagneuses.

L'engagement dans la préservation de la biodiversité est donc un enjeu économique et stratégique pour les minéraliers qui doivent maintenir et préserver la qualité de leurs eaux. Cette volonté se traduit notamment par des actions au plus près des sources et des impluviums, ces zones de captage de l'eau ruisselante qui alimentent des nappes souterraines. Elle passe, par exemple, par des inventaires recensant la biodiversité, qui peuvent ensuite conduire à des actions de protection. Depuis 2015, 60 inventaires ont été effectués sur le territoire français pour recenser les espèces végétales et animales d'intérêt. Plusieurs impluviums abritent ainsi des espèces d'oiseaux vulnérables comme la pie-grièche écorcheur ou le milan royal. Pour protéger la biodiversité, des actions de renaturation sont également mises en place.

Dans les Vosges, Nestlé Waters a entrepris un projet de ce type pour le Petit Vair, une rivière française qui coule au cœur du bassin versant autour de Vittel. Débuté en 2019, ce projet achevé à l'automne 2021 a mobilisé acteurs locaux, experts et associations. Des aménagements variés ont été pensés pour freiner le débit du cours d'eau. En effet, les fonds du Petit Vair s'érodaient trop rapidement, ce qui perturbait les poissons. D'autres actions telles que le passage d'une profondeur de 5 à 15 cm à certains points d'engorgement de la rivière ou encore la création d'une annexe hydraulique pour stocker temporairement une partie de l'eau lors d'épisodes pluvieux permettent de favoriser le développement de la biodiversité dans cette zone. Cet engagement pour la préservation de la biodiversité se retrouve également chez Danone Eaux France dont le CHR représente 12 % de ses ventes avec ses deux marques phares Evian et Badoit. « Depuis plus de 30 ans, nous agissons avec des associations locales, les communes de nos impluviums ou encore des agriculteurs engagés pour préserver l'écosystème de ces territoires. L'objectif est de soutenir la mise en place d'actions concrètes conciliant les activités du territoire avec la préservation de la ressource en eau autour de trois domaines : aménagement raisonné des communes, soutien à la mise en place de pratiques agricoles durables et protection des milieux naturels », soutient Nicolas Thébault, directeur commercial Danone Eaux France. En 2010 notamment, le groupe a mis en place la Bulle verte, un partenariat public-privé qui regroupe la source Badoit et les trois communes du territoire : Chamboeuf, Saint-Galmier et Saint-Médard-en-Forez (42). Son but est de préserver les 40 km2 de l'impluvium qui abritent une biodiversité unique (espèces animales, végétales et des écosystèmes variés) tout en garantissant la préservation de la qualité de l'eau minérale naturelle Badoit, de son écosystème pour les générations futures et la pérennité de l'agriculture sur le territoire.

Réduire, réemployer et recycler

L'engagement des minéraliers en faveur de l'écologie passe aussi par une meilleure gestion des emballages des bouteilles ainsi que de leur transport, tout en essayant d'augmenter le taux de collecte des emballages. Au sein des minéraliers adhérents à la MEMN, 20 % des ventes ont lieu en hors domicile et 80 % en grande surface. Sur le circuit CHD, qui comprend également la vente à emporter, le verre est le contenant dominant : il représente 69 % des bouteilles, contre 25 % pour le plastique PET, et 6 % de canettes en aluminium ou en acier. Si le verre, l'acier et l'aluminium affichent de bons taux de recyclage - respectivement 85 %, 100 % et 48 % - le plastique, lui, est à la traîne, avec un taux de recyclage de 28 % en 2020 1. Toutefois, les bouteilles de boissons s'en sortent beaucoup mieux que les autres emballages en plastique : leur taux de collecte pour recyclage était de 55,3 % pour 2018 et estimé à 57,9 % en 2019 2. En 2020, le taux de collecte estimé a légèrement baissé, passant à 57 %. Ce chiffre s'explique notamment par la baisse des quantités de bouteilles collectées due aux conséquences de la crise sanitaire, qui a notamment généré des suspensions de collecte et des fermetures temporaires de centres 2. La recyclabilité du verre reste prometteuse : Danone Eaux France propose depuis longtemps des bouteilles en verre consigné qu'il récupère ensuite auprès des circuits de la CHD. En parallèle, il expérimente des emballages consignés pour un usage quotidien en participant notamment à l'initiative lancée avec Loop et Carrefour, ou encore Lemon Tri qui collecte des emballages directement en magasins. Une filière modèle donc, dans laquelle des progrès restent à faire : la loi relative à la lutte contre le gaspillage et à l'économie circulaire (Agec), promulguée le 10 février 2020, fixe ainsi un objectif de taux de collecte des bouteilles en plastique de boissons de 77 % en 2025 et 90 % en 2029.

Par ailleurs, les bouteilles en plastique ont d'ores et déjà subi des transformations pour limiter leur empreinte écologique. Ces 20 dernières années, leur poids a été réduit de 25 %. « Au-delà de la réduction du plastique via l'allégement, c'est aussi une réduction du bilan carbone durant leur transport », résume la porte-parole de la MEMN. Les marques s'intéressent également à la recherche en matière de recyclage, à l'instar de Perrier, qui expérimente le recyclage enzymatique en partenariat avec l'entreprise Carbios. Depuis avril 2019, le groupe Nestlé Waters a rejoint un consortium mondial -dans lequel on retrouve notamment Sun-tory Beverage and Food Europe (Orangina) et PepsiCo - qui soutient Carbios dans ses recherches. Située à Saint-Beauzire (63) en Auvergne, l'entreprise a développé une technique de recyclage à base d'enzymes capables de dégrader les polymères plastique. Cette méthode permet de recycler à l'infini tous types de déchets en PET et de produire des emballages en PET recyclé (rPET) de qualité optimale. Ce n'est pas le cas avec le recyclage thermomécanique, qui consiste à trier, broyer, laver, granuler puis fondre de nouveaux objets ou contenants : tous les PET ne sont pas recyclables avec cette méthode et la qualité de la matière baisse à chaque cycle, ce qui ne permet pas toujours de la réemployer pour son usage initial. En juin 2021, des prototypes de bouteilles Perrier 50 cl en PET 100 % recyclé ont été fabriqués avec la technologie Carbios au Centre de recherche et développement de Nestlé Waters, en France. Cette technologie pourrait être d'une grande aide pour atteindre un taux rPET de 25 % au minimum dans les bouteilles en PET en 2025 3.

Train du verre

Parallèlement aux actions menées sur les bouteilles en plastique, le verre, contenant majoritaire en CHR, est lui aussi concerné par des actions visant à réduire son impact écologique. Depuis avril 2021, Nestlé Waters achemine la majorité de ses bouteilles CHR consignées Vittel et San Pellegrino par train. Baptisé « glass train », ce projet vise à rapprocher au maximum bouteilles et clients par le rail, en créant une boucle ferroviaire : les trains chargés d'eaux minérales se rapprochent des points de distributions. Ces mêmes trains sont ensuite remplis de bouteilles vides qui retournent par le rail à la source pour être à nouveau utilisées : « C'est un moyen d'éviter le transport routier de cette matière relativement lourde grâce à des énergies plus pérennes. Nous avons ainsi récemment développé une plateforme à Mon-treuil-Bellay dans le Maine-et-Loire, qui permet d'être au plus proche de nos clients qui peuvent ainsi venir charger à proximité », explique Alexandre Varo de Nestlé Waters. Grâce à l'affrètement de 25 trains supplémentaires au départ des usines, 1 000 camions de moins circulent sur les routes, soit une économie équivalente à 500 tonnes de CO2. D'autres pistes de réflexions sont explorées par les minéraliers, notamment la vente en vrac des eaux minérales. « En tant que minéraliers, nous sommes pleinement engagés dans la transition vers une économie circulaire. La vente en vrac est un axe de développement très intéressant sur lequel nous travaillons pour pouvoir proposer une telle offre, notamment aux restaurateurs », conclut Marie-Ange Badin de la MEMN.

Notes

1 Citéo, tri et recyclage des emballages ménagers, chiffres clés 2020.

2 ADEME, Collecte des bouteilles en plastique de boissons, rapport annuel d'évaluation des performances pour 2019 et 2020.

3 Décret n° 2021-1610 du 9 décembre 2021 relatif à l'incorporation de plastique recyclé dans les bouteilles pour boissons.

Articles connexes