Covid-19

Equipement & Services

Food & Drinks

L'actualité en bref

La Tournée des Patrons

Vertueux

Consentement d'utilisation des Cookies

J'accepte Notre site sauvegarde des traceurs textes (cookies) sur votre appareil afin de vous garantir de meilleurs contenus et à des fins de collectes statistiques.Vous pouvez désactiver l'usage des cookies en changeant les paramètres de votre navigateur. En poursuivant votre navigation sur notre site sans changer vos paramètres de navigateur vous nous accordez la permission de conserver des informations sur votre appareil. Politique de cookies

Covid-19

Confinement, semaine 1 | Bernard Carayon, le maire qui rouvre les restaurants

Bernard Carayon, maire de Lavaur, ancien député, ancien collaborateur de Jacques Chirac et avocat de profession, vient de publier un arrêté municipal autorisant les restaurants de sa ville à rouvrir après la fermeture imposée par décret gouvernemental depuis le 30 octobre. Il a accepté d'expliquer ses motivations à L’Auvergnat de Paris et La Revue des Comptoirs.

La Revue des Comptoirs : Pourquoi avez vous pris cet arrêté ?

B.C. : J’ai fait publier quatre arrêtés au total. Dimanche, j’ai autorisé les commerces “non essentiels”, puis les salles de sport et les lieux cultuels. Enfin lundi, ce fut au tour des bars et restaurants. Ces arrêtés expriment mes convictions quant à la force de l’expérience locale et à la décentralisation. Ils se réfèrent à un texte de force supérieure à celle du décret gouvernemental : La constitution (article 72) qui, je le rappelle, est supérieur à un décret. Je suis convaincu qu’il faut traiter la crise en s’appuyant sur les maires. Les élus locaux sont à même de maintenir un meilleur équilibre entre le respect des libertés et les mesures de protection sanitaire. Il faut à la fois davantage de liberté et plus de fermeté. Ma réflexion part d’une expérience locale. Ma ville, Lavaur, dont je suis le maire depuis 25 ans, a accueilli le Tour de France, le 4 septembre, mais nous n’avons pas noté après ce passage de poussée épidémique parce que nous avons été rigoureux sur le plan sanitaire. Nous avons aussi organisé les fêtes locales avec des mesures barrières restrictives toujours sans générer de problèmes. Le taux de cas pour 100 000 habitants (177), était avant le confinement deux à trois fois moindre qu’à Toulouse et ou à Carmaux. Je suis convaincu que dans un bassin de vie, il est possible d’adapter les outils publics à la protection sanitaire.


R.D.C. : Votre geste a-t-il une portée politique plus globale?

B.C. : Je suis un fervent partisan de la décentralisation. Or, depuis six ou sept ans, je note un mouvement de recentralisation à la fois juridique et financière. Comme dans toutes les communes où un arrêté de réouverture a été pris, l’Etat a envoyé les forces de l’ordre pour intimider et verbaliser les établissement réouverts. Toutes les collectivités n’ont pas les moyens de payer les amendes à la place des commerçants verbalisés. Il vaut mieux donc s’en tenir à la fermeture en attendant que le tribunal administratif soit saisi. Selon moi ces arrêtés sont solides juridiquement en s’appuyant sur les principes fondamentaux de notre droit. Ces arrêtés dans le fond, sont destinés à faire corriger par le gouvernement un décret qui viole nos droits et libertés.


R.D.C. : La plupart de vos collègues maires qui ont pris des arrêtés se sont limités aux commerces non essentiels. Qu’est-ce qui vous a poussé à étendre votre action aux bars/restaurants?


B.C. : Pour moi, le café, c’est l'esprit de la France, le bonheur d’être français. Au restaurant, comme au café, on se sent heureux. C’est un des rares endroits où on peut partager des moments de convivialité avec des inconnus. Pour moi, les restaurants représentent bien ces moments heureux de la vie avec sa famille, ses amis, pour le plaisir ou pour le travail. Ce sont vraiment des lieux de partage par excellence.

Articles connexes

Le Magazine

Agenda

Du 28 au 30 Mai 2021

Printemps des Liqueurs

En savoir plus
Du 17 au 20 juin 2021

Bordeaux fête le vin

En savoir plus
Du 11 au 13 septembre 2021

Paris coffee show

En savoir plus
Du 12 au 13 septembre 2021

Salon Gourmet Selection

En savoir plus
Septembre 2021

Sirha

En savoir plus
Du 17 au 20 octobre 2021

Serbotel, Nantes

En savoir plus
Du 28 au 30 novembre 2021

EXP'HÔTEL - Bordeaux

En savoir plus
Du 15 au 16 mars 2022

M.A.D.E - Paris

En savoir plus
Du 15 au 19 octobre 2022

SIAL Paris

En savoir plus
Du 6 au 10 novembre 2022

Equip'hotel - Paris

En savoir plus
2022

Les Brasseurs de France au Salon de l'Agriculture - Paris

En savoir plus
Reporté en 2022

Salon International de l'Agriculture - Paris

En savoir plus
5-6 octobre 2021

Food Hotel Tech Nice

En savoir plus
9-10 novembre 2021

PARIS EVENT CENTER

En savoir plus