Food & Drinks

L'actualité en bref

La Tournée des Patrons

Sélection Equipement & Services

Consentement d'utilisation des Cookies

J'accepte Notre site sauvegarde des traceurs textes (cookies) sur votre appareil afin de vous garantir de meilleurs contenus et à des fins de collectes statistiques.Vous pouvez désactiver l'usage des cookies en changeant les paramètres de votre navigateur. En poursuivant votre navigation sur notre site sans changer vos paramètres de navigateur vous nous accordez la permission de conserver des informations sur votre appareil. Politique de cookies

Cul Sec

Portrait | Benjamin Le Coat, chef du restaurant Le Paris-Brest, à Rennes

Votre café-restaurant fétiche ?

Le restaurant La Tourelle à Trébeurden, où j'ai appris à cuisiner. Après la 3e, chaque week-end, stage, saison, je travaillais là-bas ; c'est là que j'ai mis un pied en cuisine.

Une boisson et un lieu ?

Au soleil, avec la bière Rousse de la Brasserie du Mont-Blanc.

Votre expérience culinaire la plus marquante ?

Mon arrivée au Cinq, car c'est une cuisine que je ne connaissais pas. Je venais du Taillevent, où l'on travaillait les classiques de la cuisine française. Ici, c'est la base des classiques, mais ils sont revisités ! On a le goût, mais visuellement, on est propulsé à des kilomètres. J'ai acquis une autre vision de la cuisine.

Votre péché mignon le plus inavouable ?

Hum… aucun. Je suis fan de fromage.

Ce qui vous porte sur les nerfs dans la profession ?

Je suis très jeune pour le dire, mais la nouvelle génération est moins motivée, je trouve.

Votre dieu du CHR ?

Bocuse. C'est une réponse facile, mais grâce à lui, la cuisine française est connue dans le monde entier.

La dernière fois que vous vous êtes laissé emporter par l'ivresse ?

Mercredi dernier, quand j'ai fêté mon départ du Cinq avec mes collègues.

Benjamin Le Coat.

Benjamin Le Coat.