Covid-19

Equipement & Services

Food & Drinks

L'actualité en bref

La Tournée des Patrons

Vertueux

Consentement d'utilisation des Cookies

J'accepte Notre site sauvegarde des traceurs textes (cookies) sur votre appareil afin de vous garantir de meilleurs contenus et à des fins de collectes statistiques.Vous pouvez désactiver l'usage des cookies en changeant les paramètres de votre navigateur. En poursuivant votre navigation sur notre site sans changer vos paramètres de navigateur vous nous accordez la permission de conserver des informations sur votre appareil. Politique de cookies

L'actualité en bref

INTERNATIONAL | 17% des restaurants québécois ont fermé depuis le début de la pandémie

L’hôtellerie-restauration québécoise a subi de plein fouet les répercussions des restrictions sanitaires. En deux ans de pandémie, 3.666 restaurants ont fermé et la région canadienne se retrouve aujourd’hui face à une pénurie de main d’oeuvre importante avec 33.125 postes vacants.

Après plus de deux ans de pandémie, l’industrie de la restauration québécoise est à bout de souffle. Suite aux mesures drastiques imposées aux restaurateurs, parmi les plus dures du monde, de nombreux établissement ont dû mettre la clé sous la porte, rapportent nos confrères du Devoir

Plus précisément, on parle de 2.428 restaurants à services complets, 669 établissements à service restreint, 540 services de restauration spéciaux et 29 bars ou brasseries qui ont fermé définitivement leurs portes, selon l’Association Restauration Québec. Cela représente 3.666 établissements, soit 17% de restaurants disparus. La ville de Montréal a été particulièrement touchée avec 1.239 fermetures en deux ans. 

Des postes vacants en restauration

Les services de restauration peinent à recruter. En effet, entre le premier trimestre de 2019 et le troisième de 2021, le nombre de postes vacants au sein des services de restauration et des débits de boissons a plus que doublé. Ce nombre de postes vacants est passé de 9.505 à 33.125, pour une variation de 248,5%. 

En restauration, les postes de serveur au comptoirs, d’aides de cuisine et de personnel de soutien assimilé représentent la majorité des postes à combler. En 2021, ils représentent 57,6% des postes à combler. Les chefs et cuisiniers représentent quant à eux 24,7% des postes vacants de la restauration québécoise. 

Toute l’hôtellerie-restauration gangrénée 

L’industrie des services d’hébergement et de restauration ont été fortement touchés durant ces deux ans de crise sanitaire. En 2019, elle fournissait 254.400 emplois. En 2021, elle n’en représente plus que 184.100. Cela représente, en deux ans, une perte de 70.300 postes, soit une variation de -27,6%. En 2018, les métiers de la restauration représentaient 6,4 % de l’ensemble des emplois du Québec. En 2021, cette proportion est tombée à 4,3 %.

Mais d’après l’Association Restauration Québec, cette diminution de main d’oeuvre ne serait pas uniquement due à la pandémie. Elle explique dans son rapport que « lors des dernières années certains restaurateurs ont modernisé leurs exploitations en implantant des bornes de commande automatique, des robots de service, des machines plus performantes, ou d’autres outils technologiques dans leurs établissements. Cette plus grande automatisation a évidemment aussi un impact négatif sur le nombre de travailleurs de l’industrie, bien qu’elle demeure marginale pour le moment. »

Articles connexes